Drac de Picardie, les actions 2014

Publié dans le numéro 3507 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les missions de la Drac Picardie (dirigée par Nicole Phoyu- Yedid) couvrent toute activité relevant du domaine culturel. Pour les mener à bien, la direction régionale travaille avec les élus – communes, conseils généraux, conseil régional – mais également avec les associations et structures culturelles. Cette année, la Drac Picardie disposera d’un crédit global de 21 171 477 euros (dont 147 570 euros de fonds de soutien résidences) pour faire rayonner la culture en région. Le budget le plus conséquent : celui des patrimoines (12 702 819 euros) suivis de la création/ production et diffusion artistique (5 336 179 euros) et de la transmission des savoirs et de la démocratisation de la culture (2 780 220 euros).

Patrimoine et archéologie

Le projet de suppression des étaiements internes de la cathédrale de Beauvais, une des actions patrimoniales de la Drac Picardie.

Le projet de suppression des étaiements internes de la cathédrale de Beauvais, une des actions patrimoniales de la Drac Picardie.

Le patrimoine représente un pan conséquent de l’activité de la Drac, via la Conservation régionale des monuments historiques (CRMH) qui a pour mission de mettre en oeuvre les réglementations et politiques afférentes au patrimoine bâti et aux objets mobiliers protégés au titre des monuments historiques. Cette année, l’accent sera mis « sur la poursuite d’opérations de restaurations des grands monuments de l’État qui doivent participer au développement des territoires. L’amélioration des conditions d’accessibilité est au centre de ses projets ». Parmi les principales opérations en cours ou à venir : la restauration de la façade sud de la cathédrale d’Amiens ou encore le projet de suppression des étaiements internes de la cathédrale de Beauvais. Côté archéologie, comme en 2013, le service régional de l’archéologie continuera à se concentrer sur les projets d’aménagement « susceptibles de menacer des vestiges archéologiques connus ou supposés (…) ». L’an passé, un peu plus de 8% des 1 800 demandes d’autorisation d’aménager ont donné lieu à un arrêté de diagnostic archéologique, et un diagnostic sur 5 a livré « des vestiges suffisamment intéressants pour motiver la réalisation d’une fouille archéologique préventive ».
Une autres des principales priorités de la Drac Picardie : l’éducation artistique et culturelle (1 111 614 euros financés par la Drac en 2013), avec pour chaque projet trois axes pivots – les connaissances, les pratiques et les rencontres. Objectif affiché, « proposer un meilleur maillage du territoire en insistant sur les territoires ruraux », ce qui va de pair avec l’autre ambition de la direction régionale, à savoir l’élargissement des publics jeunes « avec la mise en place d’un parcours d’éducation artistique et culturelle », afin que tous les jeunes aient accès à l’art et à la culture de façon équitable.