Développer l’économie numérique en Picardie

Publié dans le numéro 3510 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Mis en lumière grâce au développement de logiciels libres, le secteur numérique picard rassemble aujourd’hui 2 400 entreprises sous 24 codes d’activités principalement exercées (APE) répartis dans six branches différentes. Élément clé du développement économique d’un territoire, la filière numérique est aujourd’hui soutenue par l’ensemble des acteurs locaux qui souhaite son évolution aussi bien dans des secteurs de pointe ou dans le domaine du service aux entreprises.

Structurer la filière

Le développement de l’économie numérique passe également par la création de Fab Lab qui rend la R&D accessible à tous.

Le développement de l’économie numérique passe également par la création de Fab Lab qui rend la R&D accessible à tous.

« Aujourd’hui pour vraiment attirer les entreprises il manque un Gix (ndlr : Global internet eXchange, une infrastructure qui permet aux fournisseurs d’accès qui y sont connectés une meilleure qualité d’acheminement). Un data center viendrait se greffer et permettrait automatiquement l’installation et le développement d’entreprises au niveau local », explique Ludovic Candellier, créateur de l’entreprise de service Neuronnexion et depuis quelques années directeur des services aux publics au sein du conseil régional. « La 3D ou les Fab lab sont tout aussi incontournables, des structures sont en projet dans des villes comme Soissons ou Château-Thierry. Mais nous devons aussi déployer un vrai réseau de formation », observe-til. Un axe stratégique qui permettrait de favoriser les rencontres et stimulerait la création, un phénomène déjà observé à San Francisco et qui a donné naissance à la Sillicon Valley. « Nous avons besoin de lieux d’échanges », confirme Ludovic Candellier, qui souhaite également pousser chaque secteur d’activité à faire le choix du numérique : « Il faut travailler par filière, et surtout les structurer. L’idée aujourd’hui c’est d’introduire une dimension numérique dans chaque secteur. Ce qui se passe dans la santé est un exemple flagrant de ce que l’on peut faire grâce au numérique ».

Détecter les projets et leurs porteurs
Outre cet axe d’intégration d’un pan numérique dans chaque filière, la Picardie veille aussi à détecter les projets numériques innovants et porteurs. C’est d’ailleurs l’une des missions du Carrefour des possibles, un événement initié en 2006 et organisé par l’Agence régionale de l’innovation Picardie (ARI Picardie) depuis 2009. « L’innovation est très portée par le numérique, il était donc essentiel que les TIC (Technologies de l’information et de la communication) soient une thématique intégrée à l’ARI », explique Valérie Mion, responsable TIC et projets numériques au sein de l’ARI, avant d’ajouter : « Le Carrefour des possibles est une véritable vitrine de l’innovation. Il permet de mettre en avant des projets émergeants et est ouvert à tout type de porteurs. C’est un lieu d’échanges où chacun vient avec son propre bagage ». Une stratégie globale donc, qui vise à faire de la Picardie un technopôle dynamique qui soit propice au développement des entreprises, mais également source d’emplois : « Le numérique est un très bon accrocheur social, en plus de dynamiser l’économie locale, il est vecteur d’emplois », conclut Ludovic Candellier.