Lancement du Plan régional d’internationalisation des entreprises

Publié dans le numéro 3504 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Jean-François Cordet, Préfet de région, Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur et Claude Gewerc, président du conseil régional.

Jean-François Cordet, Préfet de région, Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur et Claude Gewerc, président du conseil régional.

La Picardie représente 3,5% des exportations françaises, avec en premier lieu les produits chimiques et cosmétiques (34%), les machines agricoles et industrielles (10,5%) et enfin les productions issues de l’agro-alimentaire (10%). En 2011 ces exportations représentaient 15 milliards d’euros. L’Allemagne reste le premier client et le premier fournisseur de la région (17% des exportations) suivie de près par le Royaume-Uni et la Belgique. Les échanges avec les pays émergents sont eux, très marginaux. Si l’on dénombre 10 000 établissements picards appartenant à un groupe qui exporte, seules 7% des PME picardes se sont tournées vers l’international. Depuis décembre 2012, les régions sont en charge du développement de l’export des entreprises du territoire.

Un enjeu majeur pour le territoire
« Notre économie en Picardie est très ouverte sur l’international. Dans ces conditions, nos emplois, la pérennité des entreprises du territoire dépendent en grande partie de l’état des marchés extérieurs et de notre capacité à les conquérir », a déclaré Claude Gewerc, président du conseil régional de Picardie. Pour cela, le Plan régional d’internationalisation des entreprises se compose de deux volets complémentaires : un véritable service aux entreprises avec une offre lisible d’accompagnement à l’export et un rôle mobilisateur avec des axes bien définis. Pour mener à bien ce projet, le conseil régional travaille en collaboration étroite avec les services de l’État (la DIRECCTE et les Douanes), mais également avec la Chambre régionale de commerce et d’industrie, Ubifrance, BPI France ou encore la Coface. « L’innovation est une condition de l’international, mais la confrontation avec les marchés extérieurs nous oblige à devoir en permanence évoluer et nous adapter. C’est tout l’intérêt de la Région de pouvoir combiner formation, recherche et développement, politiques de filières et internationalisation pour accompagner les entreprises dans cette démarche », a ajouté Claude Gewerc.
Une enquête export a été menée en Picardie de décembre 2013 à janvier 2014 pour cerner les besoins et attentes des entreprises. 140 structures ont répondu à l’étude, parmi elles, seules 37% ont un service dédié à l’international et 30% sont des primoexportatrices. Les zones d’exports se concentrent sur l’Europe, l’Afrique du nord et l’Amérique du nord. 43% des entreprises interrogées ne sont pas accompagnées. Ces entreprises manquent d’informations sur les marchés, sur la réglementation et ont besoin de données juridiques. Elles recherchent également à recruter du personnel qualifié pour l’export. « La qualité des infrastructures et de la main d’oeuvre sont également des éléments pour que le PRIE soit un succès, en plus de la collaboration entre l’ensemble des acteurs locaux », a conclu Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur.