D’Âmes et d’Hommes, une agence d’intérim basée sur la confiance e

Publié dans le numéro 3505 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Sébastien Bordes à gauche entouré de trois de ses collaborateurs.

Président du CJD de Picardie depuis juin 2013, Sébastien Bordes dirige son agence depuis 2007 à Compiègne. Il a commencé l’intérim avec le BTP, la métallerie, les transports logistiques et l’industrie. Depuis début 2013, il a développé un service de formation à la prévention des risques (travail en hauteur, gestes et postures, brevet secouriste, conduite d’engins, de nacelles etc.) afin de se prémunir contre les accidents du travail. Il consacre un budget de 60 000 euros par an pour la formation. Chaque stage est prévu pour douze personnes ; s’il n’est pas complet, Sébastien le propose à ses entreprises clientes pour leurs salariés. Il leur propose aussi des tests métiers et sécurité et bien sûr pour les intérimaires. Il a également développé le secteur tertiaire, en ayant des intérimaires dans le secrétariat, la comptabilité, le commercial et la gestion des assurances. Il emploie quatre personnes en CDI et a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 4,5M€. « Le marché a baissé de 20% en six ans. Depuis fin 2013, le repli a stoppé. L’industrie et la métallerie sont les secteurs les plus touchés. Malgré cela, j’ai gagné des parts de marché et je suis la seule entreprise d’intérim indépendante à Compiègne. En fonction des semaines, c’est entre 60 à 110 personnes par semaine, -130 à 140 l’été- soit 100 par mois sur l’année qui sont employées. Il faut gérer les embauches, les contrats, les payes, les relations avec les employeurs. »

Membre du réseau A
D’Âmes et d’Hommes, sur le plan juridique, est employeur et sur le plan organisationnel, c’est l’entreprise qui est responsable. Les intérimaires sont payés au taux horaire fixe de l’entreprise et en fonction du poste occupé, avec en plus 10% de congés payés et une indemnité de fin de mission. Sébastien Bordes s’est positionné principalement sur les ouvriers qualifiés. Il fait aussi du recrutement, généralement de cadres de 1er niveau pour le management intermédiaire, responsable de production par exemple. Ses principaux clients sont des PME et TPE qui attendent avant tout du service haut de gamme. Pour 90%, ceux-ci sont situés à 50 km autour de Compiègne, les autres dans la Somme et l’Aisne. Sébastien fait partie du réseau national A afin de faire face aux grands groupes d’intérim. Ils sont 24 adhérents pour 190 agences sur tout le territoire national. « Cela permet de travailler ensemble, de mutualiser le travail, les connaissances, avoir des accords cadre pour accéder à certains chantiers ; le réseau a le label Lucie Iso 26000, pour le développement durable. » Son savoir faire repose sur le fait « qu’il ne vend pas un bonhomme » mais engage un partenariat avec une entreprise, un salarié. Sa visibilité pour 2014, c’est la fidélité de ses clients et pour cela, comme il aime à le répéter, il faut être très pro.