Un plan pour éradiquer la précarité en Picardie

Publié dans le numéro 3487 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

François Chérèque est depuis janvier inspecteur général des affaires sociales.

François Chérèque est depuis janvier inspecteur général des affaires sociales.

C‘est à Amiens, au Centre de recherche et de documentation pédagogique (CRDP) que François Chérèque a présenté le plan gouvernemental pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. L’ancien secrétaire général de la CFDT a été nommé en janvier par le Premier ministre inspecteur général des affaires sociales. A ce titre, il a pour mission d’assurer le suivi de ce plan en multipliant les rencontres sur le terrain avec les acteurs de la solidarité : élus locaux, associations, administrations et partenaires sociaux. « A l’issue des trente rencontres programmées, nous remettrons un premier rapport annuel d’évaluation à la fin de l’année en vue du Comité interministériel de lutte contre l’exclusion (CILE) », a expliqué François Chérèque devant une assemblée venue en nombre. Cette mission a trois principaux objectifs : réduire les inégalités, accompagner les plus vulnérables sur la voie de l’insertion et coordonner l’action sociale.

Augmenter le RSA
Pour y parvenir, des mesures sont déjà à l’étude. D’abord, le gouvernement souhaite rétablir « le juste droit ». Selon François Chérèque, un trop grand nombre de personnes ne bénéficient pas pleinement de leurs droits : « Concernant le RSA socle, 20 % de la population qui pourrait en bénéficier ne le réclame pas, car sans doute mal informée. Pour le RSA activité, ce sont les 2/ 3 des personnes concernées qui passent à côté. » Le plan prévoit par ailleurs une augmentation de cette allocation de solidarité. « Quand le RSA a été créé, l’objectif était qu’il atteigne 60 % du SMIC. Aujourd’hui, il est à 40 %. Nous souhaiterions qu’il passe à 50 % du SMIC d’ici à la fin du quinquennat. » L’autre priorité, c’est la construction de logements sociaux, 150 000 par année, et un accès aux crèches renforcé pour les familles monoparentales ou en difficultés. Le plafond de la Couverture maladie universelle (CMU) pourrait augmenter afin de « faire rentrer davantage de personnes dans le dispositif ». Concernant l’hébergement d’urgence, l’inspecteur général des affaires sociales souhaite « la fin de sa gestion au thermomètre afin de maintenir des solutions d’accueil même l’été ».

15,3 % des Picards sont pauvres
L’annonce de ce plan pluriannuel a été saluée par Jean-François Cordet, Préfet de la région : « Il est nécessaire de renforcer la solidarité et de faire des efforts pour venir en aide à ceux qui souffrent. Cette journée est donc très importante, surtout pour une région comme la nôtre. » La Picardie se situe en effet en 6e position des régions les plus pauvres de France. « 15, 3 % des Picards vivent sous le seuil de pauvreté. Cela représente environ 292 000 personnes », a commenté Yvonne Pérot, directrice régionale de l’INSEE, présente à cette rencontre.