Signature d’une convention énergie à Amiens

Publié dans le numéro 3486 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

La convention permettra d’améliorer le repérage des familles en difficulté.

La convention permettra d’améliorer le repérage des familles en difficulté.

En 2012, dans le département de la Somme, on a dénombré 15 927 bénéficiaires du Tarif de première nécessité et 1 402 allocataires du Tarif de solidarité d’EDF. 3 349 familles ont bénéficié de ces aides sur Amiens Métropole. Cependant, avant l’entrée en vigueur de l’obtention automatique du tarif social d’EDF, de nombreux ayant droits ne sont pas fait connaitre, faute d’informations. Aujourd’hui en France, un million de foyers clients EDF bénéficient du Tarif de première nécessité, contre 650 000 avant l’automatisation. Une carence que devrait effacer la convention selon Pascaline Annoot, vice-présidente du Centre communal d’action sociale. « La nouvelle convention permettra le renforcement du droit d’accès à l’électricité grâce à une information accrue des publics en difficulté, un travail d’analyse des situations d’impayés par les travailleurs sociaux pour apporter la réponse la mieux adaptée, ou encore un accompagnement personnalisé des familles en difficulté par EDF et le CCCAS. »

Enrayer la précarité énergétique
S’il s’agit de la première convention de ce type signée en Picardie, la Métropole a toujours été en pointe sur ce sujet. Déjà, en 2011, une grande conférence avait été organisée autour de la précarité énergétique. Si l’engagement des deux parties que sont EDF et le CCAS ne se formalisent qu’aujourd’hui, des actions sont menées depuis longtemps sur le terrain. « Nous voulons éviter à tout prix les coupures d’électricité, nous travaillons main dans la main avec EDF pour répondre au mieux à la situation de chacun et éviter ces coupures. Il faut que l’information touche tout le monde, c’est un travail de longue haleine » explique Catherine Girard, chargée de la cohésion sociale et directrice du CCAS d’Amiens Métropole.
De son côté, Alain Laruelle, directeur EDF région Nord-Ouest souhaite en plus de l’identification des publics en difficulté, informer sur les éco-gestes : « Le service public et ses valeurs sont ancrés dans nos gènes, cette convention est un outil sociétal primordial. Nous souhaitons accompagner les personnes en difficulté. Il ne faut pas oublier que les éco-gestes peuvent représenter 15 % d’économie ! La mise en place de ces échanges et de ce travail en réseau va aider ces gens en difficulté à vivre mieux. »