CRPF, pour une gestion durable, et sociale

Publié dans le numéro 3488 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Cathy Caramia (à g.) avec Emmanuelle Nicod, recrutée en juillet dernier.

Cathy Caramia (à g.) avec Emmanuelle Nicod, recrutée en juillet dernier.

Tous les cinq ans, le CRPF, qui a pour mission d’orienter et de développer la gestion forestière des forêts privées, doit répondre à un nouveau Contrat d’objectifs et de performances (COP) : « C’est un engagement passé avec notre ministère de tutelle [ndlr, le ministère de l’agriculture], le dernier date de 2012 et fixe nos objectifs et axes de travail », explique Cathy Caramia, responsable des ressources humaines au CRPF. Pour la période 2012-2016, six axes ont été dégagés (cinq axes techniques et un à caractère administratif) dont “Améliorer la mobilisation du bois”, “Accroître la surface es forêts privées gérées sous Document de gestion durable (DGD)”, et “Développer les connaissances et modèles innovants de gestion forestière durable”.

Gestion durable

« En tant qu’établissement public, nous avons des missions régaliennes à assurer, détaille Cathy Caramia. Notre coeur de métier consiste à instruire et agréer des Plans simples de gestion (PSG) qui s’apparentent à la carte d’identité de la forêt et sont obligatoires pour les propriétaires de forêt de plus de 25 hectares. Nous orientons les propriétaires forestiers dans l’élaboration de leur Document de gestion durable (DGD), et incitons les petits propriétaires (de 3 ou 4 ha) à se mobiliser et se regrouper via le Plan de développement massif (PDM) et le regroupement de coupes autour d’un projet d’exploitation commun, pour qu’ils accèdent plus facilement aux marchés. Le CRPF mène parallèlement beaucoup de missions de développement, avec l’expérimentation technique, sur les essences comme le peuplier très présent dans notre région, les plantations, etc. » Le CRPF, qui édite guides, brochures et supports d’information, organise régulièrement des réunions de vulgarisation et d’information à destination des propriétaires, ainsi que des sessions de formation, pour inciter à une gestion économiquement et écologiquement durables.

Montrer l’exemple

Le CRPF Nord – Pas-de-Calais – Picardie compte 13 agents statutaires et une dizaine d’agents qui viennent travailler ponctuellement pour des actions spécifiques, etdeux personnes en situation de handicap. « Notre réflexion a débuté avec l’arrivée de l’actuel directeur Bernard Héois. En tant qu’établissement public, nous nous devions de montrer l’exemple », explique Cathy Caramia. Sabine Holleville a été la première à rejoindre l’équipe il y a un an, et assure le secrétariat, l’accueil, mais vient également en renfort logistique si besoin. Emmanuelle Nicod a intégré le CRPF en juillet dernier, pour remplacer une titulaire partie en congés maternité avec des tâches de comptabilité, paye, gestion, budget… « L’intégration s’est faite sans aucun problème, et elles sont très impliquées », souligne Cathy Caramia, qui n’hésitera pas à renouveler l’expérience. Même sentiment de satisfaction du côté des deux salariées : « Quand le handicap n’est pas visible, il suffit juste de dialoguer avec les autres salariés pour leur expliquer », note Sabine Holleville, qui souffre de TMS (troubles musculo-squelettique) et ne peut porter des charges lourdes. Emmanuelle Nicod, qui a la maladie de Chrone, était elle en fin de droit quand elle a décidé de se tourner vers Cap Emploi : « En deux mois j’ai trouvé un poste, et tout se passe parfaitement, Sabine et moi avons la chance d’avoir des postes polyvalents et où nous apprenons beaucoup. »