Atmo Picardie change d’air et intègre des locaux neufs

Publié dans le numéro 3485 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Le président d’Atmo Picardie, Eric Montés, et Céline Piquet, une technicienne.

Le président d’Atmo Picardie, Eric Montés, et Céline Piquet, une technicienne.

Un peu à l’étroit dans ses anciens locaux amiénois, Atmo Picardie vient d’intégrer un bâtiment flambant neuf, où l’association va pouvoir mener sa mission dans des conditions plus adaptées. Le déménagement a nécessité un engagement financier à hauteur de 150 000 euros, notamment pour faire face aux aménagements intérieurs et à l’achat de mobilier.
Anne Sauvage, la directrice de la structure environnementale, et son équipe de dix collaborateurs se sont installés dans le rez-de-chaussée du bâtiment. Les locaux occupent un espace de 312 m² et sont composés d’un espace accueil, de quatre bureaux et d’une salle de réunion. En outre, on y a aménagé un atelier, une salle de métrologie et une autre dédiée à l’archivage.
Si les relevés d’information et les prélèvements se font un peu partout dans la région, avec des stations fixes ou mobiles, l’étude statistique des données est décortiquée au siège de l’association. Il est donc important d’avoir des locaux fonctionnels et adaptés à sa mission.

Depuis 1978
Atmo Picardie a été créée en 1978. C’est l’association agréée par l’Etat pour surveiller la qualité de l’air dans la région. Ses missions sont définies de manière collégiale, par les membres qui en composent le conseil d’administration : l’Etat, les collectivités locales, les industriels et les associations de protection de l’environnement et de défense des consommateurs. Il s’agit essentiellement de surveiller la qualité de l’air, mais aussi de prévoir la qualité de l’air du lendemain et les épisodes de pollution. Après avoir recueilli les données et réalisé les études spécifiques, Atmo Picardie diffuse quotidiennement l’indice Atmo et l’indice de la qualité de l’air. L’association réalise également des actions d’information et de sensibilisation vers le grand public, les scolaires, le monde associatif et les professionnels de santé. Les populations sensibles peuvent s’inscrire à un service, qui leur fournit directement par SMS sur leur téléphone portable les indices de la qualité de l’air et les alertes en cas de danger. Cela peut être le cas, par exemple, pour les personnes sujettes aux allergies liées au pollen ou sensibles aux pollutions aux particules fines.

Station mobile
Si le service proposé par Atmo Picardie est public, il peut être facturé lorsque une entreprise souhaite avoir sa station et travailler sur ses propres données. C’est la cas de l’aéroport de Beauvais- Tillé.
Atmo Picardie dispose de 15 stations fixes en Picardie pour mesurer quotidiennement les indices de la qualité de l’air et prévoir les épisodes de pollution.
Une station mobile complète le dispositif et permet de sillonner la région, afin de prendre des mesures régulières des secteurs, qui ne sont pas couverts en permanence.