Première édition du festival éco-citoyen Changement d’ère

Publié dans le numéro 3481 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

La bière proposée à l’occasion du festival était brassée par la Brasserie de la Somme.

La bière proposée à l’occasion du festival était brassée par la Brasserie de la Somme.

Organisée à Hornoy-le-Bourg, à l’ouest d’Amiens, la première édition du festival Changement d’ère a demandé six mois de préparation et a mobilisé en plus des quatre organisateurs, 232 personnes ainsi qu’une dizaine de bénévoles. Pendant quatre jours, dompteurs de cheveux, compagnies de théâtre, ateliers de recyclage poétiques et concerts (The Name, la Maison Quitienchaud, Tribal Jâz…) ont animé le festival. Autour de ces rencontres festives, des stands regroupant les professionnels du développement durable (Système V, Nollet Entreprise, Trinoval…), étaient également installés. Les 15 exposants étaient chargés de sensibiliser et de faire découvrir leurs métiers au public.

Prise de conscience
Soucieux d’apporter leur soutien à cette première édition du festival écocitoyen, de nombreux acteurs politiques étaient présents. A l’image de Christian Manable, président du conseil général de la Somme, qui a déclaré : « C’est avec enthousiasme que je vais découvrir votre premier festival. Un festival qui montre, suscite et encourage les pratiques respectueuses de l’environnement. Vous nous invitez à un changement d’ère, j’entends une invitation à partager nos idées, nos valeurs et nos envies d’avenir ». Un engouement partagé par Alain Gest, député de la circonscription: « C’est important pour moi, de soutenir cette initiative. Il faut montrer que le développement durable, les gestes éco-citoyens sont des choses concrètes que l’on peut mettre en place quotidiennement ». Pour Alain Desfosse, président de la CCSOA, ce festival fait coup double : « Il s’agit de joindre l’utile à l’agréable, le développement durable n’est pas une mode. Nous sommes dans une nouvelle ère et chacun a conscience qu’il faut changer ses habitudes. La communauté de communes veut plus que tout accompagner ce changement ». Côté exposants, si l’arrivée d’un tel festival permet de toucher un public différent et d’être reconnu comme acteur du développement durable, l’événement est aussi un bon moyen de communiquer. C’est le cas de Trinoval, qui en plus de sensibiliser les visiteurs au tri, a prêté des conteneurs pour le festival. « Nous participons déjà à d’autres manifestations locales, mais pour nous c’était une évidence de participer au festival. Nous organisons des animations autour du tri et nous en profitons pour parler des nouvelles thématiques du centre de tri », explique Aurore Denogens. Pour cette première édition, l’objectif était d’abord de fédérer les habitants des 63 communes de la CCSOA, mais aussi d’en faire un événement régional incontournable. Pour cela, la programmation artistique se devait d’être riche (30 rendez-vous en quatre jours), éclectique (concerts de, rock, jazz, chansons françaises…), mais également d’avoir un ancrage local : « 80% de la programmation est régionale. Nous avons recherché des spectacles et animations tout public, en accord avec le public familial du festival. La seule contrainte donnée aux artistes était de travailler sur le développement durable », explique Marie Halâtre, organisatrice du festival. Un choix salué par Michel Berte, membre de la compagnie Zic Zazou : « Nous sommes heureux et fiers d’être les parrains de cette première édition. Pour nous, intermittents du spectacle, la création d’un festival régional est une excellente nouvelle ».