La région en pleine cure d’originalité

Publié dans le numéro 3481 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Les hébergements insolites de Nicole et Philippe Varlet à Vermand attirent chaque année plus de 3 000 visiteurs.

Les hébergements insolites de Nicole et Philippe Varlet à Vermand attirent chaque année plus de 3 000 visiteurs.

En l’espace de quelques années, les pionniers ont été rattrapés. Il y en a désormais de plus en plus et dans tous les coins de Picardie. Roulottes, tipis, tentes de trappeurs, yourtes mongoles ou encore cabanes dans les arbres ont fleuri. Certains en ont même fait leur fond de commerce. A chaque fois, réussir à implanter un hébergement insolite permet aux propriétaires de se différencier de la concurrence. Que cela soit des chambres d’hôtes, de l’hôtellerie ou des campings, il faut faire en sorte d’attirer le chaland dans la région en se mettant en bonne place, comme ont réussi à le faire Nicole et Philippe Varlet à Vermand, dans l’Aisne. Le seul gîte qu’ils possédaient au départ s’est rapidement transformé. Aujourd’hui, huit hébergements tous aussi différents les uns des autres parsèment un terrain au milieu duquel coule la rivière l’Omignon. Des investissements conséquents Ils possèdent aujourd’hui cinq roulottes achetées au spécialiste français Esprit de Campagne, une entreprise basée dans le Cher et qui a multiplié les logements insolites. Si les Varlet ont fait partie des premiers à proposer des roulottes, ils ont ouvert le panorama avec l’installation de deux pods sur un îlot entre deux bras de l’Omignon et de deux carrés d’étoiles dans une clairière de leur immense terrain. Résultat, près de 3 000 personnes défilent chaque année dans leur écrin de verdure. Quelques services supplémentaires comme la possibilité d’acheter des produits du terroir et une table d’hôte séduisent les visiteurs venus de région parisienne, de Belgique ou de Hollande. Au total, leur investissement se porte à environ 300 000 €. Mais toutes ces structures en bois doivent être entretenues. Une opération qui revient à 2 000 € chaque année et qui retient quelque peu les époux Rubio, propriétaires de la Ferme des Logis à Besmé, dans le même département. Le couple a investi, en 2006, dans l’achat de la toute première roulotte dans la région pour une touche de différence dans un esprit essentiellement tourné vers la ferme. Il leur en a coûté quelques 40 000 €. Ils ont complété cela avec deux autres roulottes-gîtes de quatre places chacune. Mais au vu de la multiplication de ce type d’hébergement, ils se demandent dans quel type de logements insolites ils peuvent investir, alors même que l’arrivée de la voie verte longeant le canal de l’Oise est en pleine réalisation. Pour attirer un public différent, ils ont décidé d’investir dans un espace bien-être, là aussi, de l’insolite devenu de plus en plus répandu. Le comité régional du tourisme de Picardie a ainsi recensé une quarantaine d’hébergements insolites sur l’ensemble du territoire, une offre jugée encore « faible » au vu de la demande de plus en plus grandissante. De plus, le CRT et la région Picardie ont clairement orienté le tourisme en Picardie vers une offre de court séjour, faisant la part belle à ce type de logements. L’autre preuve est l’existence du site weekends-picardie.com qui offre tout un panel de courts séjours dans tous ces hébergements. Le choix de l’insolite a aussi prévalu pour Frédéric Joret, tout nouveau responsable de l’ancien camping municipal de l’Aigrette d’Attichy, dans l’Oise. « Depuis le 31 mai 2012, nous avons installé quatre tipis sur une zone dédiée », indique-t-il. A 4 500 € pièce, l’investissement a été conséquent pour se démarquer, même si la rentabilité est forte sur ces produits par rapport à l’investissement initial. « Il faut compter aussi 10 000 € de plus pour la décoration et l’aménagement ». Ajouté à cela la tente de prospecteur installée avant cet été, la visibilité s’est largement accrue pour attirer en priorité la clientèle venue de l’Île-de-France et des départements nordistes. Dans tous les cas, tous les propriétaires n’ont pas envie de changer de voie. L’insolite a encore de très beaux jours devant lui car Frédéric Joret compte bien poursuivre ses investissements dans ce sens. Tout comme la plupart de propriétaires de tels hébergements dans la région.