A la découverte du nouveau CHU Amiens-Picardie

Publié dans le numéro 3483 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Le nouveau CHU Amiens-Picardie : futur pôle d’excellence.

Le nouveau CHU Amiens-Picardie : futur pôle d’excellence.

Actuellement le CHU d’Amiens est réparti entre 4 sites dispersés dans Amiens. D’ici mi 2014, la majorité de ces services (chirurgie, pédiatrie, gynécologie-obstétrique, etc.) sera réunie sur le nouveau site. « Le nouveau CHU Amiens- Picardie consiste en une construction neuve, adossée à un bâtiment existant, à savoir l’actuel hôpital sud, dit bâtiment Fontenoy, indique Catherine Geindre, directrice générale du CHU d’Amiens. Outre les soins et la recherche, les écoles paramédicales et la faculté de médecine seront transférés sur le site ou à proximité de ce dernier, contribuant ainsi à terme, à non seulement faire du CHU un véritable campus santé, mais également à lui donner les outils lui permettant d’assumer sa dimension régional et interrégional. » Les travaux ont débuté en 2009. Coût total de l’opération : 632 millions d’euros. « Il s’agit d’une des plus grandes réalisations hospitalières actuellement en cours », souligne Catherine Geindre. Si certains secteurs comme les laboratoires, la pharmacie et la logistique ont déjà pris possession de leurs nouveaux locaux, les travaux du bâtiment principal ne s’achèveront que fin 2013. Néanmoins, le nouveau CHU, avec son “centre névralgique”, le plateau technique, laisse d’ores et déjà entrevoir son potentiel architectural et organisationnel. Le plateau médicotechnique reconnaissable à sa forme circulaire apparaît comme étant le véritable pôle fédérateur du nouveau CHU. Organisé sur deux niveaux, le rez-de-chaussée accueille les urgences. Le premier étage, doté de 20 blocs opératoires, développe en son pourtour les soins critiques et libère l’accès détresse vitale. « La configuration des nouveaux locaux a été pensée afin de permettre une plus grande fluidité et en particulier de mettre en place des flux distincts selon la gravité des patients », déclare Walid Ben Brahim, chef de projet d’ouverture du nouveau CHU.

Le transfert des activités

Le reste du bâtiment qui “s’installe” sur le plateau technique s’étale sur 4 étages avec 10 autres blocs opératoires situés au 2e. Une hélistation localisée sur le toit, permet aux patients arrivant en hélicoptère, comme le précise Bernard Claeys, responsable de la construction du nouveau CHU, « de bénéficier d’un accès prioritaire vertical dit axe rouge, jusqu’aux urgences ». Les travaux achevés fin 2013, le CHU entamera en 2014 différentes phases. D’abord, l’aménagement des locaux se fera sur plusieurs mois. Ensuite, le centre régional de cancérologie sera inauguré. Le CHU se veut en effet être une référence en la matière. Enfin, les services jusque-là dispersés sur 4 sites rejoindront leurs nouveaux locaux, la priorité étant donnée aux services ayant le plus recours au plateau technique. « Nous sommes actuellement en pleine phase d’organisation de ce transfert, explique Catherine Geindre. Il faudra compter environ six semaines pour déménager les services dans les nouveaux locaux. » Mi-2014, le nouveau bâtiment devrait donc être ouvert au public. La tranche 2 des travaux commencera alors, à savoir la réhabilitation du bâtiment Fontenoy (actuel hôpital sud), travaux qui s’achèvront en 2016. Une partie des services de ce bâtiment sera alors temporairement hébergée à l’hôpital Nord.