Point immatriculation : la bonne idée au bon moment

Publié dans le numéro 3459 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Jacques-Antoine et Patrice Marteau sont à l'origine de Point Immatriculation.

Jacques-Antoine et Patrice Marteau sont à l'origine de Point Immatriculation.

Les Marteau ont créé une entreprise, AAA (Aide à l’achat automobile), il y a six ans, dans la pépinière du parc Gouraud à Soissons. Depuis 2011, ils se sont implantés en plein centre-ville, rue du Beffroi, à côté du cinéma. Ils avaient observé les difficultés de la procédure d’immatriculation.
C’est vrai : depuis 2009, les professionnels de l’automobile ont la possibilité de demander un agrément à leur préfecture afin d’établir les cartes grises de véhicules neufs, d’occasion ou importés (selon les agréments). L’Etat, par cette ouverture au privé, veut réduire son budget de fonctionnement en fermant les services de délivrance de cartes grises.
La vente d’immatriculation par Internet n’était pas officiellement autorisée, mais de nombreux professionnels se sont engouffrés dans la brèche. Au regard de différents dysfonctionnements, l’administration a retiré certains agréments. L’obligation du service de visu n’était pas respectée.

Un vrai besoin

Pour y remédier, Patrice Marteau a décidé d’assurer un service fiable. Il reçoit le demandeur, récupère les documents indispensables (identité, domicile) et procède à la démarche en temps réel devant le client. Au bout de dix minutes, moyennant un coût d’environ 30 € (en plus du tarif fiscal), le tour est joué ! Le procédé a été agréé, et Point immatriculation Soissons a ouvert en juillet 2012. C’est le premier du genre.
Le concept est d’autant plus prometteur que les sous-préfectures sont en ligne de mire et que les services de cartes grises ferment les uns après les autres. Pourquoi perdre une demi-journée de travail et subir des horaires peu élastiques alors que le service peut être rendu jusqu’à 19 heures , même le samedi ? Du coup, les créateurs ont eu l’idée de proposer le concept de Point immatriculation aux professionnels qu’ils connaissaient.
Patrice Marteau explique : « Nous avons réfléchi à la façon de créer un réseau efficace, tout en restant fidèles à notre valeur première, le professionnalisme. Nous ne sommes pas simples de référenceurs. »
L’intérêt ne s’est pas fait attendre, et des affiliés ouvrent toutes les semaines, dans tout le pays, après avoir versé une participation puis une redevance trimestrielle.
La première a vu le jour près de Rennes, puis ce fut Marseille, Paris XI, Bordeaux, Sarreguemines…
Fin mars, une quarantaine de Point immatriculation sont référencés, dont Compiègne et Chantilly. Point immatriculation souhaite n’avoir qu’un seul point par ville ou arrondissement.
Un site internet en appui permet de trouver les explications et le point le plus proche. Des onglets permettent de connaître les pièces à préparer, de répondre aux questions que vous vous posez. Le site reçoit plus de 1 000 visites quotidiennes.
Point immatriculation dégage déjà l’image de sérieux recherchée. Voilà une success story rassurante en cette période d’incertitude.