Picard’It Days : le développement numérique en région

Publié dans le numéro 3459 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Pour Jean-François Vasseur, il faut combler les vides de la filière numérique pour la globaliser et la structurer.

Pour Jean-François Vasseur, il faut combler les vides de la filière numérique pour la globaliser et la structurer.

Cinquante stand, plus de 56 enseignes présentes et plus de 440 visiteurs : pour Marc Zeitoun, directeur général de Mégacité, cette première fut « une belle journée de contacts et d’échanges (…) ce nouvel événement unique en Picardie [ouvrant] de nouvelles perspectives pour notre territoire ». Pour preuve, il réfléchit déjà à l’édition 2014, avec MLG Consulting et l’ensemble des partenaires. Vice-président d’Amiens Métropole en charge du développement économique et président du réseau de fibre optique public Somme numérique, Jean-François Vasseur ne pouvait pas manquer ce rendez-vous. « Ces nouvelles technologies de l’information participent au développement économique de la région et constituent une filière d’avenir qui va attirer les entreprises et logiquement créer de l’emploi », explique-t-il. Picard’It Days, organisé par Mégacité GL Events et MLG Events, était donc « The place to be » ce 28 mars, pour prendre le pouls de ce réseau en partie tissé autour de la fibre optique.

Accompagner l’évolution numérique
Amiens ayant été une ville pilote en la matière, elle se doit aujourd’hui de conforter son développement « et d’accompagner cette évolution autour des nouveaux visages dans tous les domaines », assure Jean- François Vasseur. Parmi ces domaines, l’éducation, qui a su s’emparer à bon escient de cette révolution numérique : « Nous sommes à la pointe à Amiens et plus généralement dans la Somme, note le viceprésident de la Métropole. La fibre a investi les écoles, avec les Tableaux blancs interactifs (TBI) et l’Espace numérique de travail (ENT) qui ont bouleversé la pédagogie. »
L’idée de fond étant de mettre en place tous les éléments et les infrastructures – comme la pépinière gare La Vallée à Amiens destinée aux start-up et entreprises innovantes ou encore les 40 hectares proches de l’hôpital sud où est prévue une zone d’activités pour les innovations médicales et la e-santé – pour « passer de la source, la recherche opérationnelle, à l’activité en termes d’emplois, et combler les vides pour aboutir à une filière complète, indique Jean-François Vasseur, qui conclut : Nous avons la volonté de globaliser et structurer cette filière avec les collectivités et les entreprises », et mettre en avant les opérateurs locaux.