Nouveaux patrons pour le Cabinet Albert 1er

Publié dans le numéro 3461 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

La nouvelle équipe avec, à gauche, Stéphane Magnier.

La nouvelle équipe avec, à gauche, Stéphane Magnier.

Pour Stéphane Magnier, commercial à ses débuts dans la vie active, c’est un « retour aux sources ». Lilian Cléry, lui, est déjà à la tête d’un cabinet immobilier. Les deux hommes, qui cherchaient une franchise, se sont donc lancés dans cette reprise en toute connaissance de cause. « Nous bénéficions de la notoriété et de l’excellente réputation que s’est forgées le cabinet en 20 ans d’existence. Nous souhaitons évidemment la faire perdurer et développer cette image qualitative », explique Stéphane Magnier dans leurs bureaux refaits à neuf. Et pour y parvenir, les associés ont décidé de mettre sur pied deux grosses campagnes de communication cette année, via des panneaux publicitaires et des courriers, entre autres à destination de suppléments spécialisés dans l’hôtellerie, la restauration et l’artisanat. « Le site internet a également été rafraîchi pour plus d’ergonomie », précise le gérant.

Biens de prestige

Le cabinet a été refait à neuf.

Le cabinet a été refait à neuf.

Les deux dirigeants, dont l’activité a réellement débuté en mars, ont d’ailleurs déjà commencé leur recrutement avec un commercial et une assistante qui remplit les tâches de secrétariat. Le reste suivra, « selon l’évolution ». « L’avantage de la reprise, c’est que le portefeuille clients existe déjà », note judicieusement Stéphane Magnier qui a au total, fonds de commerce et biens particuliers confondus, quelque 300 mandats. Un des objectifs des deux associés : se tourner vers les biens de particuliers dits de prestige (châteaux, hôtels particuliers) dont le prix de vente dépasse le million d’euros, la partie de Lilian Cléry. Stéphane Magnier s’occupe, quant à lui, des fonds de commerce. Les habitations traditionnelles reviennent à la nouvelle recrue, avec un rayon d’action concentré sur le département et les régions limitrophes comme le Nord. « En ce qui concerne les fonds de commerce, nous ne rencontrons pas tellement de concurrence », assure Stéphane Magnier. Une année qui s’annonce donc plutôt bien pour le cabinet, qui fêtera « en grande pompe » ses 20 ans cette année.