Delphine Gérard ou l’itinéraire d’une toiletteuse à part

Publié dans le numéro par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Delphine Gérard a acheté d’occasion un camion tout équipé.

Delphine Gérard a acheté d’occasion un camion tout équipé.

De nos jours, il faut savoir rebondir pour assurer une reconversion professionnelle. Delphine Gérard, une habitante de Lamécourt, un petit village non loin de Clermont, dans l’Oise, illustre parfaitement bien un changement de cap réussi. L’ancienne employée de bureau de Presse Informatique, à Cauvigny, est devenue son propre patron. Elle a su optimiser son licenciement économique pour réaliser un rêve qui lui occupait l’esprit depuis plusieurs années. Elle est aujourd’hui toiletteuse. Fin août, cela fera un an qu’elle a créé son auto entreprise « Coupe Toutou ». Signe particulier : pas de salon, pas de toilettage à domicile… Delphine Gérard gare son gros camion devant chez ses clients. Les chiens n’ont plus qu’à entrer. Le véhicule est entièrement équipé : table, brosses, ciseaux, baignoire, ballon d’eau chaude et même le sèche-cheveux géant.

Cinquante clients par mois

Il y a tout ce qu’il faut : baignoire, ballon d’eau chaude…

Il y a tout ce qu’il faut : baignoire, ballon d’eau chaude…

« Après mon licenciement, je suis retournée à l’école pour effectuer une formation en alternance au CFA d’Arras. Cela a duré neuf mois au bout desquels j’ai obtenu mon certificat reconnu par l’Etat avec mention bien », précise cette mère de famille. Puis elle casse sa tirelire. Elle investit un peu plus de 20 000 € entre l’achat de son camion (une occasion trouvée ne Belgique) et les fournitures de base. En septembre 2012, elle se lance. « Je me suis fixée un rayon de trente km. J’ai distribué des flyers dans les boîtes aux lettres, chez les commerçants, les vétérinaires … Pour le premier mois, j’espérais arriver à une dizaine de rendez-vous. J’en ai fait quarante ! Cela a très vite pris. Six mois plus tard, j’atteignais les 50 clients par mois. A présent, je tourne régulièrement avec ce chiffre. Je peux maintenant m’offrir le luxe d’organiser mes parcours en regroupant mes clients par secteur. Cela limite mes frais kilométriques », constate Delphine Gérard. Son objectif est d’atteindre quatre-vingt rendez-vous par mois. Ainsi, elle pourra se verser un salaire net de 1 400 € ce qui lui permettra de vivre correctement et s’adonner à son péché mignon : la plongée sous-marine. Tous les espoirs sont permis. Elle a déjà enregistré 263 fiches clients. « Plus de 50 % sont des rappels », précise la toiletteuse satisfaite de ce résultat. Même si son nouveau métier est très physique, elle n’en changerait pour rien au monde.