Saint-Quentin prêt pour rénover le parvis de la gare

Publié dans le numéro 3455 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

A la fin du chantier en 2016, l’entrée de la gare doit être débarrassée de la présence des voitures.

A la fin du chantier en 2016, l’entrée de la gare doit être débarrassée de la présence des voitures.

Les travaux devraient déjà avoir commencé. Mais les retards se sont accumulés, notamment à cause des fouilles archéologiques. La transformation du parvis ne débutera que dans le courant de l’année 2013. Quant aux Saint-Quentinois et voyageurs en transit, ils peuvent toujours assister à l’exposition qui présente les futures modifications. Le chantier, qui veut faire de la gare un vrai point d’entrée sur la ville, coûte quelque 18 millions d’euros, mais doit s’inscrire dans la refonte du quai Gayant (voir par ailleurs). Il s’agit d’offrir un autre visage des lieux aux usagers de la gare. « L’idée est d’avoir un vrai parvis piétonnier avec, en même temps, un esprit convivial », indique Frédérique Macarez, directrice du cabinet du maire, Xavier Bertrand. La gare aujourd’hui, déjà rénovée par la SNCF, garde son aspect art déco, si important pour une ville qui en a fait un de ses points forts pour attirer les touristes. Seul problème, au fil du temps le nombre de voitures s’est accru. Les automobiles ont envahi le parvis. Rouler sur les pavés ne devient plus possible. De l’enrobé a permis d’effacer cela en partie, mais le tout ne convient pas à une ville en pleine transformation. L’idéal est donc de garder les 550 places de parking, mais d’offrir de nouvelles fonctionnalités à la gare et d’en faire un véritable atout pour la ville. D’où ces trois années de chantier, nécessaires pour réaliser tous ces changements : création d’un vrai parvis piétonnier facilitant la vie aux personnes à mobilité réduite, voitures cantonnées à deux nouveaux parkings avec des zones dépose-minute et dédiées aux taxis. Des pistes cyclables et un parking réservé aux vélos vont faire leur apparition. « La gare sera accessible en voiture ou à pied pour que les usagers soient moins contraints », explique Catherine Meilleur. Même chose concernant la gare routière accueillant les bus et les cars reliant la gare de Saint-Quentin à la gare TGV Haute-Picardie. Elle sera désormais bien mieux visible et plus facilement accessible. « Il faut que ce soit un lieu d’intermodalité », souligne Frédérique Macarez. Pour que cette transformation soit une réussite, la ville a dû agir en conséquence. Des rachats de terrains appartenant à RFF et à la SNCF ont été réalisés et certains travaux auront lieu sur des emprises de la SNCF. Cette première tâche aura lieu courant 2013. Dans le lieu de l’exposition, placé juste à côté du buffet de la gare, les visiteurs, peuvent voir à quoi le parvis ressemblera au final. Si ces travaux sont nécessaires, la ville insiste sur le fait que tout sera fait pour que les usagers ne les subissent pas. Ces mêmes visiteurs ont également la possibilité de choisir à quoi le futur parvis ressemblera. A eux de choisir s’ils veulent, par exemple, voir ressortir les anciennes fortifications érigées par Vauban.