Les entreprises picardes présentes au Sima

Publié dans le numéro 3458 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Benoist Franquet, patron de l’entreprise Franquet, basée à Guignicourt.

Benoist Franquet, patron de l’entreprise Franquet, basée à Guignicourt.

Le Salon international de la machine agricole (Sima) a accueilli 250 000 visiteurs, dont 25 % d’étrangers, et 43 exposants picards étaient présents dans des secteurs d’activité divers. Il faut savoir que le secteur des agroéquipements propose plus de 200 métiers, allant du conseiller machinisme au technicien de maintenance, en passant par celui de conducteur de matériel agricole. Il peine cependant à recruter et attire peu de jeunes. Pourtant, la profession offre 5 000 postes à pourvoir, dont de très nombreux emplois dans notre région. Les entreprises picardes présentaient du gros matériel, des équipements électriques, de l’informatique embarquée, de la génomique.

Activité en expansion
Isagri, basée à Beauvais, a développé de nouveaux services pour ses clients. A la création de l’entreprise en 1983, par Jean-Marie Savalle, la société faisait de la comptabilité Avec l’intégration de plus en plus poussée des TIC, les machines sont toujours plus complexes, et leur utilisation tend à se simplifier grâce à Internet et à l’informatique nomade. Isagri a 110 000 clients répartis en France, et à l’étranger, 1 300 collaborateurs, dont 500 à Beauvais. Il y a 30 ans, ils étaient 3… L’activité est en expansion avec le guidage embarqué et avec la possibilité d’être averti par son smartphone d’une alerte sanitaire par exemple. Isagri embauche chaque année une cinquantaine de personnes et a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de 142 M€. En 2012, la société a mis sur le marché un nouveau logiciel pour les salles de traite et, en 2013, un logiciel de cultures.
L’entreprise Franquet, à Guignicourt dans l’Aisne, fabrique des matériels utilisés après le passage de la charrue. Benoist Franquet raconte que c’est son père qui a créé la société en 1946 : « Maréchalferrant, il réparait le matériel agricole fourni par les Américains dans le cadre du plan Marshall. Et 80 % de notre chiffre est généré par le matériel de préparation de la terre ou sur des chaumes ; 15 à 20 % de notre chiffre se fait en Europe, la Chine et l’Australie. Nous concevons, fabriquons et commercialisons le matériel. L’entreprise emploie 40 salariés et réalise 6 M€ de chiffre. »

Développement

Eric Odièvre, DRH d’AGCO, basé à Beauvais.

Eric Odièvre, DRH d’AGCO, basé à Beauvais.

La société Maître équipement, basée à Montdidier dans la Somme, conçoit, fabrique et vend des ensembles d’éclairage pour les véhicules agricoles tractés (des marques picardes Dangreville et Corne entre autres). Frédéric Fauqueux, directeur de l’établissement, reconnaît que « la conjoncture est difficile, sans visibilité à court ou moyen terme. Notre chiffre d’affaires est en progression par rapport à 2012. Nous employons 15 salariés. Nous avons des projets de développement. Nous venons de concevoir et mettre sur le marché une rampe de gyrophares destinée aux métiers de l’agriculture et du BTP ». Chaque année, 120 000 feux de remorque sont fabriqués à Montdidier.
AGCO, groupe américain installé à Beauvais depuis 1960, distribue les marques agricoles Massey Ferguson, Fendt, etc. Troisième constructeur mondial, il a réalisé un chiffre d’affaires de 20 milliards de dollars en 2012, en croissance de 10 %. Le site de Beauvais emploie 1 200 personnes. Il vient d’investir 100 M€ dans le pôle de R&D, unique dans le monde. Il conçoit, fabrique et vend 85 % de sa production à l’étranger et réalise un chiffre d’affaires en France de 1,4 milliard d’euros. Eric Odièvre, DRH, explique : « 2013 sera stable par rapport à 2012. Nous créons à Beauvais une deuxième usine qui représente un investissement de 15,5 M€. Elle ouvrira en septembre 2013. Nous ouvrons aussi un centre de formation pour les commerciaux du monde entier, à cinq minutes du centre-ville, et un département marketing pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. En dix ans les effectifs sont passés de 700 à 1 400 personnes. Nous avons embauché 100 personnes en 2012 et ferons de même cette année. »

Force de l’agriculture
Ropa France, installée à Golancourt dans l’Oise et dirigée par Julien Carrière, est une succursale de la firme allemande. Son activité est de « distribuer, réparer des arracheuses à betteraves et de les nettoyer pour la France betteravière et la Belgique, expose Jean-Marc Pouchain, commercial. En 2000, nous étions 2 avec 7 machines. En 2012, nous sommes 20 et avons 250 machines, pour un chiffre d’affaires de 26 M€. Nous allons embaucher 4 à 5 personnes pour développer une nouvelle activité : l’arrachage des pommes de terre. »
Gênes diffusion est présente à Abbeville, Albert et La Capelle. Son activité est l’insémination des bovins, avec une sélection rigoureuse des semences de taureaux prim’holstein et charolais. Elle réalise 320 000 inséminations par an, réalisées par 50 inséminateurs chez 2 500 éleveurs picards. La coopérative du Nord a généré 24 M€ de chiffre d’affaires et six embauches sont prévues en 2013. Ce salon a démontré la force de l’agriculture française, son dynamisme dans le domaine de l’emploi, la performance technique et la féminisation de la filière.