Les CHR, spécialité de Thierry Boucher

Publié dans le numéro 3458 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Thierry Boucher a ouvert son cabinet spécialisé dans la vente de biens commerciaux le 1er février.

Thierry Boucher a ouvert son cabinet spécialisé dans la vente de biens commerciaux le 1er février.

Avant d’ouvrir son propre cabinet, Thierry Boucher a travaillé pendant 18 ans au service d’un cabinet immobilier amiénois comme indépendant. Il était alors chargé de dénicher des biens commerciaux pour les proposer ensuite à la vente. Autodidacte, le quinquagénaire a tout appris sur le terrain. Quand le cabinet pour lequel il travaille rencontre des difficultés et change de directeur, il décide de se lancer seul. « Deux solutions s’offraient à moi : travailler pour un autre cabinet ou me mettre à mon propre compte. Je savais tout faire, j’avais toutes les clés en main. J’ai donc naturellement opté pour la deuxième solution », confie-t-il. Le 1er février, Thierry Boucher ouvre son cabinet d’affaires place René-Goblet, en plein centre d’Amiens.

Accompagnement de qualité
Grâce à sa précédente expérience, Thierry Boucher a pu se tisser un solide réseau de clients. « Mon portefeuille compte plus de 150 commerces disponibles à la vente », se félicite-til. Cet Abbevillois d’origine déniche et revend des pressings, des salons de coiffure, des maisons de la presse, etc. Mais sa spécialité, ce sont les cafés, hôtels et restaurants (CHR) : « 80% des biens que je propose sont des CHR », explique-t-il. L’homme connaît très bien ce marché. Il a lui-même été le propriétaire de deux établissements pendant plusieurs années. Thierry Boucher promet à ses clients un accompagnement personnalisé et de qualité : « Mon objectif, c’est de faire aboutir 100 % des dossiers que l’on me confie. Pour cela, je veille à ce qu’ils soient solides. » Analyse des bilans, des chiffres, des aspects juridiques, l’homme s’occupe de tout : « C’est d’ailleurs ce qui me plaît dans ce métier. Il y a différents aspects qui entrent en jeu, il ne faut en négliger aucun. » Cette polyvalence nécessite l’entretien de bons rapports avec les différents acteurs d’une transaction commerciale. « J’ai un très bon relationnel avec les avocats, les notaires », précise Thierry Boucher. Pour autant, il se refuse à développer un quelconque partenariat avec l’un des représentants de ces professions. « Le client est roi, insiste-t-il. Je vais donc dans son sens. C’est lui qui choisit les acteurs qui vont l’aider à faire aboutir son projet. » Si Thierry Boucher travaille essentiellement dans la Somme, il peut également élargir son champ d’action à la région : « C’est en fonction des opportunités, des souhaits du client. »