Initiative Picardie, cinq platesformes, une même mission…

Publié dans le numéro 3455 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Le président d’Initiative Picardie, Luc Belebecque se définit comme un amoureux de la création d’entreprises, qu’il défend ardemment.

Le président d’Initiative Picardie, Luc Belebecque se définit comme un amoureux de la création d’entreprises, qu’il défend ardemment.

Le spectre de la crise ne dissuade pas les créateurs et repreneurs d’entreprise picards. Pour preuve les – bons – chiffres d’Initiative Picardie qui a établi son bilan d’activité 2012. La plate-forme fait partie du premier réseau national d’accompagnement des créateurs, qui depuis décembre dernier a été reconnu d’utilité publique, et a pour principales missions d’accorder des prêts d’honneur et avances remboursables NACRE (ce fonds de l’Etat et de l’Union européenne s’adresse aux bénéficiaires de l’Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise – ACCRE), et de suivre les futurs dirigeants. Le président d’Initiative Picardie, Luc Delebecque, fait également partie de la quinzaine d’administrateurs d’Initiative France, présidé par Louis Schweizer. « Dans notre région, les plates-formes locales, Initiative Somme, Aisne, Oise- Ouest, Oise-Sud et Oise-Est, sont dynamiques, le mouvement fonctionne bien, estime-t-il. Chacune a un espace territorial bien défini avec des méthodes de travail adaptées au contexte politique et économique, c’est une autonomie nécessaire… Elles montent évidemment des actions en commun, l’objectif étant de se concerter pour être meilleurs ensembles. » Parmi ces perspectives communes, une réflexion sur la création d’entreprise menée par des seniors, la création d’un fonds destiné au domaine de la santé ou encore celle d’un fonds spécial pour l’innovation.

83 % d’entreprises pérennes
C’est sans doute en partie cette adaptabilité au tissu local qui contribue aux bons résultats d’Initiative Picardie en 2012 : 730 entreprises accompagnées, 1 300 emplois associés, 5 500 000 € injectés dans l’économie locale en 2012 et 35 M€ de prêts bancaires associés (avec effet levier de 6,4). Le dispositif NACRE représente quant à lui un tiers des financements (soit 1 700 000 €). Et signe qui ne trompe pas, 83 % des entreprises sont pérennes à trois ans, de même que les emplois qui progressent de 20 % au terme de ces trois ans. Les femmes représentent elles un tiers des bénéficiaires, un pourcentage qui croît… Autre évolution, le réseau se veut également plus en prise avec l’économie sociale et solidaire. « Le créateur est au coeur de notre dispositif, explique Luc Delebecque qui se définit comme un amoureux de la création d’entreprise. Nous ne le lâchons pas. » D’autant que pour le président ne perd pas non plus de vue que la création représente aussi un facteur de développement économique du territoire, « avec des emplois plus pérennes que ceux des grandes entreprises industrielles ». A cette première dimension se greffe comme il l’explique une seconde : celle de la construction et de l’anticipation de l’avenir, qui passe par l’innovation. « Les petites entreprises n’ont rien à envier en terme d’innovation aux grands groupes, assure Luc Delebecque. Elles ont moins de contraintes, sont plus adaptables et ont en général un sens du marché immédiatement perceptible. » Ça tombe plutôt bien, pour le président d’Initiative Picardie, l’innovation constitue « l’émergence des temps futurs »…