SimUSanté, une initiative innovante

Publié dans le numéro 3451 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

SimUSanté a reçu une dotation de 8,5 millions d’euros.

SimUSanté a reçu une dotation de 8,5 millions d’euros.

Le Centre de pédagogie active et simulation en santé pour la formation pluridisciplinaire initiale et continue des professionnels de santé en Picardie est le troisième lauréat de l’appel à projets national Initiative d’excellence en formations innovantes – Idefi lancé en octobre 2011 par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et le commissariat général à l’investissement. Porté par le CHU d’Amiens, en partenariat avec l’université de Picardie Jules- Verne, l’Institut Faire faces et le groupement de coopération sanitaire qui réunit les 11 instituts de formation en soins infirmiers de Picardie, le futur CPA SimUSanté a reçu une dotation de 8,5 millions d’euros, un des trois financements les plus importants attribués aux 37 projets retenus sur un total de 93 par un jury international. La région et l’Europe font également partie du tour de table financier. L’objectif du projet est de rassembler des techniques pédagogiques innovantes dans un espace interprofessionnel multidisciplinaire, partagé par tous les acteurs de santé, quel que soit leur mode d’exercice. Il s’agit d’apprendre ensemble pour soigner mieux, reproduire l’environnement de soins pour apprendre mieux. Plusieurs milliers de personnes venues de Picardie et de tout le pays seront formées chaque année pour des sessions de formations de durée variable.

Innovation partagée

Si le projet fédère toutes les professions et disciplines de la santé, privées et publiques, il en est de même pour les entreprises, les chercheurs et les collectivités. Les retombées seront nombreuses. Un projet très valorisant économiquement, capable de créer une réelle attractivité. Degré d’innovation, bénéfices attendus, capacité à créer une dynamique de changement, faisabilité, crédibilité et capacité à s’inscrire dans la durée : autant de critères pensés au lancement du Centre de pédagogie active SimUSanté qui accueillera, en effet, un laboratoire de recherche visant notamment à étudier le transfert des acquis du projet à d’autres domaines, à participer aux développements en réalité virtuelle et outils de simulation informatique, en lien avec les chercheurs de l’université Picardie Jules- Verne, de l’UTC, du CHU et les entreprises du territoire. Les retombées économiques se mesureront aussi en termes d’emplois dans le secteur de la logistique et de la maintenance. « Sans oublier les retombées pour les hôtels et le tourisme local au travers des nombreuses actions nationales et francophones que nous organisons. Nous préparons d’ailleurs un colloque national pour décembre 2013, le 25e Colloque des centres d’enseignement des soins d’urgence, en présence de Jacques Tardif, l’homme de la pédagogie canadienne », annonce Christine Ammirati, pilote du projet, chef du service urgences-Samu et responsable du département pédagogie à la faculté de médecine.