La Poste mise sur les véhicules électriques pour réduire ses coût

Publié dans le numéro 3452 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Phlippe Marini, sénateur-maire de Compiègne, a assisté à la remise des clefs aux postiers de Compiègne-Venette.

Phlippe Marini, sénateur-maire de Compiègne, a assisté à la remise des clefs aux postiers de Compiègne-Venette.

Cette commande est l’aboutissement d’un long travail d’étude, de concertation et de construction d’un appel d’offres sans précédent mené par le groupement national de commandes de véhicules électriques. Lancé en avril 2010, il a été piloté par Jean-Paul Bailly et coordonné par l’Ugap (Union des groupements d’achats publics). Le 28 octobre, le groupement des commandes a annoncé le choix des constructeurs : Renault et Peugeot. Le premier lot, relatif à un véhicule utilitaire léger d’un volume d’environ 3 m3, a été attribué à Renault, qui livrera 15 637 Kangoo ZE sur quatre ans, dont 10 000 pour La Poste », explique Jacques Mansard, directeur du courrier de la Picardie. Le 18 janvier, il s’est rendu à Compiègne-Venette en tout début de matinée pour remettre les clefs de dix véhicules électriques aux agents concernés, c’est-à-dire formés aux règles de l’écoconduite d’un véhicule électrique. Le sénateur-maire Philippe Marini, qui est aussi le président de l’agglomération de la région de Compiègne, était sur place, tout comme Renza Fresch, maire de Venette. « La Poste a formé 60 000 facteurs à l’écoconduite qui propose des règles très simples permettant d’économiser du carburant et de réduire les émissions de CO2 », a souligné le directeur. La Poste a des objectifs chiffrés très précis : moins 5 millions de litres de carburant utilisés chaque année et moins 10 000 tonnes de CO2 rejetés durant cette même période.

70 km d’autonomie
Comme pour les voitures thermiques, l’écoconduite s’applique aux véhicules électriques. Avec ces derniers, il faut vérifier la pression des pneus chaque mois, programmer le préchauffage ou la ventilation de l’habitacle, ce qui permet aux facteurs d’entrer dans des véhicules chauffés ou ventilés. Il faut aussi privilégier la zone bleue de l’économètre pour optimiser l’autonomie ou régénérer la batterie. L’idéal est d’adopter une conduite fluide, une allure modérée et respecter les distances de sécurité. Enfin, et c’est valable dans tous les cas de figure, l’anticipation de toutes les manoeuvres des autres utilisateurs de la route et des piétons reste une valeur sûre. En appliquant ces principes, une voiture électrique peut espérer atteindre sans problème une autonomie jusqu’à 70 km. A terme, La Poste espère effectuer 70 % des tournées par des véhicules électriques. En Picardie, une gamme de transport est déjà mise en place depuis 2012. Et 44 voitures sillonnent déjà les routes : 10 à Abbeville (Somme), 14 à Amiens (Somme), 10 à Beauvais (Oise) et, depuis quelques jours, 10 à Compiègne ; 26 quadéos sont également entrés en action ainsi que 340 vélos à assistance électrique. Ces deux-roues représentent déjà 60 % des tournées à vélo. Enfin, 50 nouvelles bicyclettes électriques seront livrées dans les mois à venir. Selon La Poste, « les véhicules propres développés pour la distribution du courrier améliorent les conditions de travail des facteurs grâce à une conduite souple et silencieuse offerte par les voitures électriques ».