Un magnifique dojo départemental dans l’Aisne

Publié dans le numéro par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Le vaste bâtiment court sur 80 m et couvre 2 500 m² consacrés à la pratique des arts martiaux.

Le vaste bâtiment court sur 80 m et couvre 2 500 m² consacrés à la pratique des arts martiaux.

A l’inauguration récente du dojo départemental de Tergnier, la foule, très admirative du bâtiment s’est pressée derrière le maire, le préfet et le président du conseil général de l’Aisne qui ont coupé de concert sempiternel le ruban tricolore inaugural.
La foule s’est pressée pour pénétrer enfin dans ce vaste dojo dont le projet de construction date de plus d’un quart de siècle dans l’Aisne. Jacques Desallangre, le précédent député-maire de Tergnier, ainsi que des responsables départementaux de la pratique du judo, ont porté obstinément ce projet qui vient enfin de se réaliser.
L’existence de ce grand dojo départemental à Tergnier s’est toujours amplement justifiée du fait que le judo est le deuxième sport le plus pratiqué dans l’Aisne après le football. Le département compte 52 clubs parfois mal équipés, mais qui réunissent 6 870 licenciés et 430 dirigeants. Et ces derniers ont consacré l’an passé à la pratique du judo dans l’Aisne 28 000 heures de bénévolat.
Il manquait aux judokas de l’Aisne un centre départemental dans lequel former les élites du sport et organiser des compétitions nationales et internationales. « Le dojo départemental de Tergnier accueillera les entraînements de clubs et leurs associations, les activités scolaires, les stages de formation et de perfectionnement et des rencontres départementales et régionales », ont précisé les dirigeants du comité de judo de l’Aisne. Il est gestionnaire du nouvel équipement qui a créé sur place quatre emplois administratifs.

Temples shintos
La construction de ce dojo départemental, conçu avec la Fédération française de judo, a constitué l’un des grands chantiers d’aménagement du territoire dans l’Aisne. Son budget, d’un coût hors taxe de 5,55 M€, a été abondé par le conseil régional de Picardie (2,11 M€) dans le cadre du contrat de développement Aisne-Picardie 2008-2013, par la commune de Tergnier (1,83 M€), par le conseil général de l’Aisne (0,92 M€) et par l’Etat (0,67 M€) au titre du Centre national pour le développement du sport (CND).
Le bâtiment est d’architecture très moderne à la longue toiture de bois recouverte de zinc et dans laquelle s’ouvrent des puits de lumière. Le bâtiment ainsi très lumineux couvre 2 500 m². Il abrite notamment quatre aires de combats, une aire d’entraînement, des vestiaires, une salle de musculation, des salles de réunion et des tribunes de 400 places.

Un chantier drainant le Ternois
« Une architecture simple qui joue sur l’esthétique, le ludique le fonctionnel et suggère le dynamisme, la souplesse, la puissance et la maîtrise caractéristiques des arts martiaux », expliquent les concepteurs. Ils se sont inspirés de l’origami, art traditionnel japonais du papier plié. « En témoignent les volumes et la toiture, entièrement revêtue de zinc qui vient le recouvrir et les définir telle une feuille. La façade principale ornée d’une colonnade de poteaux de bois, rappelle le toril des temples shinto ».
Socle semi enterré, colonne vertébrale de béton, système de construction de bois, le dojo départemental de Tergnier a atteint la très haute performance énergétique (TPHE). Il est protégé des vents dominants, ses parois sont isolées, l’inertie thermique y est forte et les ensoleillements gérés par l’orientation des façades. La consommation d’énergie a fait l’objet de toutes les attentions : centrales de traitement d’air double lux équipées de récupérateurs, production d’eau chaude solaire, chaudière à gaz à condensation, sources lumineuses à faible consommation, récupération des eaux pluviales, etc. Une trentaine d’entreprises (y compris le cabinet d’architectes) ont travaillé sur le chantier du dojo départemental et de son parking de 200 places. Plus de la moitié de ces entreprises sont domiciliées dans l’Aisne, notamment aux alentours de Tergnier, à La Fère, Chauny, Viry-Noureuil, Beautor ou Saint-Gobain.