RFF, des travaux pour un réseau plus performant

Publié dans le numéro par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Enlèvement du ballast usagé et chargement dans des wagons à destination d'Arras.

Enlèvement du ballast usagé et chargement dans des wagons à destination d'Arras.

Comme l’a expliqué, avant la visite du chantier, Matthieu Debuin, directeur des opérations de RFF Picardie – Nord – Pasde- Calais, « les appareils de dilatation permettent au rail de s’allonger en fonction des variations de température. Ils constituent des points fragiles de la voie ; 96 trains circulent chaque jour dans les deux sens à la vitesse à 300 km/ h, les sollicitant beaucoup. Et puis la ligne desservant Lille, Bruxelles, Amsterdam et Londres aura vingt ans l’an prochain. La ligne a besoin d’être régénérée. Les LGV sont équipées de longs rails soudés sur des longueurs de plusieurs dizaines de kilomètres. Au niveau des ponts et des ouvrages d’art, le rail est interrompu par ces appareils. En revanche, les traverses ne sont pas remplacées du fait de leur durée de vie estimée à soixante ans ». Au total, huit appareils de dilatation auront été remplacés en 2012 sur la ligne Nord. Cette opération s’inscrit dans le cadre du contrat de performance, signé en 2008 entre l’Etat et RFF, visant à rendre le réseau toujours plus performant. Ceci constitue une première dans l’histoire du système ferroviaire français. Entre 2008 et 2012, environ 4 000 km de voies et 1 500 appareils de voie auront été renouvelés. Laurent Parsy, responsable communication SNCF de l’Infrapôle européen, précise : « Cela représente un budget de 1,7 milliard d’euros en 2012 pour les travaux d’entretien lourd. La rénovation et le développement de l’infrastructure sont indissociables pour réussir à intégrer le réseau français dans une Europe ferroviaire de plus en plus mobile, et pour améliorer la qualité du service rendu aux entreprises clientes du fret et aux voyageurs. Le budget de rénovation du réseau est de 13 Mds€ entre 2008 et 2015. » RFF engage également d’autres rénovations à Noyon pour 2,6 M€, Creil/ Saint- Just pour 2,4 M€ et Persan-Beauvais pour 6,8 M€. Cette stratégie de rénovation se poursuivra sur la période 2013- 2014 avec, entre autres, le renouvellement d’une partie des lignes : de Creil-Jeumont, Arras-Achiet, Phalempin- Lille en 2013 ; Amiens-Longueau, Busigny-Somain en 2014. En 2015 et 2016, ces travaux débuteront avec le remplacement du ballast (pierres qui sont posées entre les rails et qui s’usent ; celles-ci sont recyclées, à Arras entre autres lieux, pour faire du remblai de route), et les rails de la LGV, au rythme de 30 à 40 km par an à compter du printemps 2015. Afin de minimiser l’impact sur le trafic, les travaux sont réalisés de nuit, de 22 h 50 à 5 h 50. Une cinquantaine d’agents travaillent sur le chantier, dont vingt de la SNCF. Le temps de parcours entre Paris et Lille est donc allongé de cinq minutes. Ce renouvellement de huit appareils de dilatation en 2012 représente un investissement de 5,1 M€, entièrement financé par Réseau ferré de France. Souhaitons que ces travaux permettent enfin aux trains d’être à l’heure !