PWC informe ses clients

Publié dans le numéro par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Thierry Ritz, du cabinet ATR Conseil de Compiègne.

Thierry Ritz, du cabinet ATR Conseil de Compiègne.

Agissons ensemble pour optimiser votre revenu lors de la retraite et sécuriser vos conjoints », tel était l’intitulé de l’invitation de PWC à ses nombreux clients picards. Une réunion d’information très utile. En effet face à la baisse inéluctable du montant des pensions de retraite, deux questions essentielles se posent à chacun. Doisje accepter une baisse de revenus lors de la retraite ou continuer à travailler ? Le cumul emploi-retraite peut être une solution alternative car il bénéficie aujourd’hui d’un cadre réglementaire assoupli. Et quelles incidences sur les éventuelles pensions de reversion ? Eventuelles car soumises à de nombreuses conditions souvent méconnues pour pouvoir y prétendre (âge minimum, conditions de ressources, statut matrimonial). Pour répondre à ces questions, un expert en protection sociale était présent. Pour percevoir sa pension de vieillesse, un assuré doit normalement rompre tout lien professionnel avec son employeur. Toutefois, après la liquidation de sa retraite, la reprise d’une activité salariée est possible, y compris chez le dernier employeur, permettant le cumul de la retraite et des revenus tirés de cet emploi. « Le thème de la retraite est un vaste sujet. Je tiens à vous sensibiliser sur la fait qu’il faut vraiment anticiper pour la préparer. Cela en est donc de même concernant la stratégie pour le cumul emploi-retraite. Que l’assuré dispose ou non du taux plein, il a en priorité intérêt à cotiser sous un nouveau statut. Par exemple, j’étais salarié, je deviens RSI, mes droits seront comptabilisés », explique Thierry Ritz, du cabinet ATR conseil de Compiègne. Il rappellera aussi à l’auditoire, particulièrement attentif, que l’on bénéficie aussi dans tous les cas de la couverture santé.

La loi et les régimes expliqués
Le régime Madelin fut également évoqué. L’objectif d’un contrat de retraite Madelin, est de pouvoir se constituer une retraite complémentaire qui sera restituée sous forme de rente en parallèle des retraites obligatoires, tout en bénéficiant d’une déduction fiscale des primes versées. L’effort d’épargne sera financé en partie par une économie d’impôt. Une rente dont on peut bénéficier en complément d’une activité professionnelle. Le cumul emploi-retraite est notamment appréciable dans le cas d’une reprise-transmission d’entreprise lorsque le repreneur veut garder quelques temps encore le cédant à temps partiel par exemple pour bénéficier encore un peu de son savoirfaire. « Pour ce qui est de la pension de reversion. En Agirc comme en Arrco, lors du décès d’un retraité mais aussi d’un salarié encore actif, les conjoints ou ex-conjoints non remariés peuvent bénéficier d’une pension de réversion. Les orphelins peuvent également bénéficier d’une allocation de réversion, », poursuit le spécialiste qui détaillera tous les cas de figure possibles. « Cette partie sur la pension de reversion m’a beaucoup interessé par rapport à mon épouse et comme nous sommes mariés depuis quarante ans. Ce genre de réunion d’information rend les choses moins opaques, plus lisibles », affirme Richard Dehedin, 60 ans, maître d’oeuvre à Amiens et client satisfait. Opération réussie donc pour le cabinet d’experts comptables amiénois qui compte bien la renouveler plus régulièrement à raison de quatre à six par an. Le prochain rendez-vous est prévu fin janvier et portera sur le thème du patrimoine.