Pascal Detrez, l’instituteur devenu brasseur

Publié dans le numéro aisne par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

En octobre, Pascal Detrez a été récompensé par le conseil regional de l’Oise pour sa bière blonde.

En octobre, Pascal Detrez a été récompensé par le conseil regional de l’Oise pour sa bière blonde.

Pour certains, la vie n’est qu’une succession d’expériences. Pascal Detrez est de ceuxlà. Cet ancien instituteur, à l’aube de la cinquantaine, a décidé de consacrer une nouvelle page de son existence à un autre métier en y ajoutant un savant dosage de passion. Il est devenu brasseur et s’emploie à présent à conjuguer les mélanges pour donner vie à des boissons en respectant les règles artisanales. On serait tenter de dire que c’est un jeu d’enfant puisqu’il a commencé ses premières « compositions » à l’adolescence. Aujourd’hui, il joue dans la cour des grands. Sa ferme, qui était son habitation, est devenue aussi son lieu de travail.

Des rencontres déterminantes
« L’enseignement a été une grande partie de ma vie. Après l’école normale, j’ai exercé sept ans à Noyon. Puis je me suis spécialisé dans RASED [ndlr : réseau d’aide spécialisée aux enfants en difficultés]. Plus tard , j’ai suivi une autre formation qui m’a conduit les quinze dernières années à travailler au CMPP (Ndlr : centre médico-psycho-pédagogique) de Compiègne », raconte Pascal Detrez. En 1995, après s’être amusé à réaliser « des boissons ménagères à base de fruits et de plantes fermentées », il s’intéresse à la bière. Il teste ses créations et multiplie les rencontres autour de cette boisson. « Deux choses ont été déterminantes : l’achat d’un vieux livre de 1900 sur une brocante, consacré à la bière et truffé de conseils, et le jour où j’ai fait la connaissance d’un brasseur du Nord qui vend le malte, le houblon et la levure. J’ai fait alors ma première bière dans une marmite et c’était bon ! J’ai continué ainsi durant treize ans. »

Une médaille de bronze
Les copains apprécient ses concoctions. Pascal détient un cadre idéal avec son corps de ferme. Tous les ingrédients sont réunis pour lancer le projet. « Je l’ai mûri durant deux ans », souligne Pascal. Il lui faut trouver 200 000 euros pour acheter du matériel de qualité lui permettant de sortir un produit stable. Les banques se montrent très frileuses. La famille beaucoup moins. A force d’acharnement, le 24 juin 2011 sa société est immatriculée. Il ouvre la brasserie le mois d’octobre suivant. « Il faut un mois et demi pour fabriquer une bière. J’en ai créé deux : une ambrée de 6,4° et une blonde de 6,2°», poursuit Pascal Detrez. Quatre mois plus tard, sa bière ambrée décroche une médaille de bronze au grand concours de brasserie artisanale pour lequel 60 brasseries étaient en lice. « Comme on me demandait des produits plus légers, en juillet 2012 j’ai sorti une bière blonde à 4,5° et un bière blanche à 4,5° aussi ». Il ne tarde pas là encore à être récompensé. Cette foisci, c’est le conseil général de l’Oise qui désigne sa bière blonde 3ème meilleur produit du terroir.
Pour cette année 2012, il a produit 13 000 litres de bière. « Je ne me verse pas encore de salaire. Mais je parviens à rembourser mes emprunts bancaires », constate Pascal Detrez.
Il sait qu’il pourrait intéresser les grandes et moyennes surfaces. Mais il ne vise pas ce mode de distribution. « Je tiens à rester une micro brasserie. Je n’irai pas au dessus du double de la production de cette année. Je privilégie la vente sur place et les marchés comme, actuellement, ceux de Noël », conclue le brasseur. 2013 sera placée sous le signe de la bière brune. Il envisage d’en sortir une de 8° « plus forte, pour la dégustation ».