Les missions de l’ASMIS

Publié dans le numéro par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

François Désérable est directeur de l’ASMIS.

François Désérable est directeur de l’ASMIS.

Aider les entreprises à éviter l’altération de la santé de leurs salariés. Voilà le rôle de l’ASMIS (association santé et médecine interentreprises du département de la Somme) » explique le directeur François Désérable. Ce rôle est défini par le biais d’une nouvelle loi, celle du 20/07/2011 qui précise les quatre missions essentielles de l’ASMIS. La première est de conduire les actions de santé au travail, dans le but de préserver la santé physique et mentale des travailleurs tout au long de leur parcours professionnel. Elle conseille par ailleurs les employeurs, les travailleurs et leurs représentants sur les dispositions et mesures nécessaires pour éviter ou diminuer les risques professionnels, améliorer les conditions de travail, prévenir la consommation d’alcool et de drogue sur le lieu de travail, prévenir ou réduire la pénibilité au travail et la désinsertion professionnelle et enfin contribuer au maintien dans l’emploi des travailleurs. L’ASMIS assure également la surveillance de l’état de santé des travailleurs en fonction des risques concernant leur sécurité et leur santé au travail, de la pénibilité au travail et de leur âge. Enfin son rôle consiste aussi à participer au suivi et contribuer à la traçabilité des expositions professionnelles et à la veille sanitaire.

Sur tout le territoire
Avec ses dix-neuf sites déployés aux quatre coins de la Somme, de Rue à Ham en passant par Doullens, Flixecourt, Corbie, Moreuil et bien sûr Amiens, sans oublier ses trois centres médicaux mobiles, l’association est présente sur tout le territoire samarien pour effectuer des visites médicales, mais aussi et surtout pour mettre en place une prévention dans les entreprises afin d’éviter les risques professionnels. Pour cela l’ASMIS liste ceux qui ne peuvent pas être évités afin de trouver une solution. Le but recherché : « Amener le travailleur dans le meilleur état de santé possible à la retraite » précise François Désérable. Premier organisme français attesté au niveau II de la démarche qualité validé par l’AFNOR « sur huit établissements seulement attestés à ce jour en France et avec dix-huit mois d’avance sur le 2ème » et le seul à avoir été distingué en 2002 par l’Union européenne (Agence Bilbao), l’ASMIS semble à même de pouvoir son remplir ce rôle de prévention et de conseil. Car, insiste François Désérable, « nous n’avons aucun pouvoir d’obligation, nous ne donnons que conseils et indications. » Le « nous » qu’emploie FrançaoisDésérable, ce sont 157 personnes (dont 25 hommes) réparties en 26 métiers, médecins du travail, psychologues, infirmiers (ou plutôt infirmières car sur les dix postes, dix sont occupés par des femmes), mais aussi ergonomes, assistantes sociales ou juristes. Un chiffre que le directeur voudrait bien voir augmenter car « nous manquons de médecins » déplore-t-il. Une statistique qu’il a d’ailleurs pu évoquer récemment lors des portes ouvertes organisées par l’association et qui ont connu un vif succès, notamment grâce aux interventions de Francis Van Der Biest , médecin du travail et de Rachel Ajroud, docteur en ergonomie et responsable de l’équipe pluridisciplinaire lors d’une conférence sur le thème « la pénibilité au travail ». Mais aussi grâce à Sokva Prak, chargée de communication à l’ASMIS, véritable chef d’orchestre de l’équipe qui a participé à l’organisation de ces portes ouvertes et qui a fait dire à François Désérable, lors du buffet donné en l’honneur de ceux qui avaient oeuvré à cette réussite, « je suis très fier du personnel de l’ASMIS . »