La rénovation du Faubourgd’Isle est en marche

Publié dans le numéro par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Ce mur végétalisé, le seul dans la ville picarde, apporte de la verdure au quartier.

Ce mur végétalisé, le seul dans la ville picarde, apporte de la verdure au quartier.

Au fil des mois, petit à petit, le quartier du Faubourg-d’Isle de Saint-Quentin se transforme, change de visage. Ce changement, c’est la concrétisation du projet « Faubourgd’Isle en devenir » qui s’insère dans le projet de dynamisation de la capitale de Haute-Picardie. Ce programme se veut ambitieux pour redonner une attractivité à ce quartier qui affiche des handicaps, comme un taux de chômage important, un tissu urbain dense qui se dégrade, peu d’espaces de respiration, une séparation nette du reste de la ville à cause du canal, des marais et des voies ferrées. Dans les six années à venir, différentes actions seront mises en oeuvre pour revaloriser les logements, créer de nouveaux équipements de services, dynamiser le commerce, au bénéfice de tous. Ce projet renforcera la qualité de vie, tout en garantissant le maintien des habitants actuels dans leur quartier. Un projet de 23 M€ financé par des partenaires, dont l’Etat, l’agence nationale pour la rénovation urbaine, l’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, la Caisse des dépôts et Habitat saint-quentinois. « C’est aussi un formidable symbole de la vitalité de notre collectivité et, plus encore ici, un symbole de renouveau », lance-t-on à la mairie de Saint-Quentin. Le renouveau du Faubourg-d’Isle, entrepris il y a maintenant près de dix ans par la Ville et la communauté d’agglomération de Saint-Quentin, est palpable à travers la requalification de la rue du Général- Leclerc et de la place Stalingrad, ainsi que par la construction de la résidence de l’Octroi.

Mur végétalisé
Le dernier projet sorti de terre est l’école d’Isle, ouverte depuis la rentrée de septembre dernier, pensée dans une perspective globale de développement du quartier. Elle remplace, au même endroit, l’ancienne école qui était devenue inadaptée et trop petite. Fonctionnalité et confort sont deux axes autour desquels s’est articulé le projet de cette école. Ainsi, les cinq salles de classe sont spacieuses (60 m² chacune), lumineuses et équipées de matériels pédagogiques innovants, notamment de connexions internet. Une salle de motricité de 150 m², une salle de repos, un espace sanitaire de 55 m², des sanitaires adaptés au handicap, un hall d’accueil et un préau, complétés par un bureau pour la direction, un bureau pour les enseignants et une tisanerie constitueront l’ensemble. Sans oublier, bien sûr, une cour de récréation de 800 m². La qualité environnementale de la construction a été particulièrement soignée avec, notamment, un confort acoustique et une large place faite à la lumière naturelle. De plus, un mur végétalisé a été installé sur la façade situé le long du boulevard Cordier, donnant au bâtiment un aspect moderne. « L’objectif de ce mur végétalisé est d’apporter de la verdure à ce quartier », explique Frédérique Macarez, directrice de cabinet du maire. Une première pour un bâtiment communal ! « Nous n’avons pas prévu, pour le moment, d’équiper d’autres bâtiments municipaux », précise Frédérique Macarez. L’autre grand projet est l’ouverture, d’ici deux ans, du pôle universitaire qui donnera au quartier un nouveau souffle, un nouveau dynamisme à travers la jeunesse.