Une aide directe aux commerces et aux artisans de proximité

Publié dans le numéro 3435 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

L’aide directe de la CCL s’adresse à des commerçants et artisans qui veulent moderniser leur espace de vente.

L’aide directe de la CCL s’adresse à des commerçants et artisans qui veulent moderniser leur espace de vente.

La dernière étude exhaustive concernant le bassin économique de Laon (et dont disposent les journalistes) a été publiée en septembre 2010 par la chambre de commerce et d’industrie de l’Aisne.
L’étude en question recense 100 000 habitants dans le Laonnois, centrés sur l’agglomération de Laon où habitent plus de 27 % de la population du territoire. L’étude recense en outre plus de 39 400 ménages fiscaux, dont 57 % à peine sont imposés. De plus, les statistiques de la population active (45 458 personnes au total) du bassin d’emploi de Laon en 2010 dénombraient 2 085 artisans et commerçants et 876 établissements commerciaux employant 3 600 salariés. Parmi ces établissements commerciaux, 62 % étaient des commerces de détail, 23 % des commerces de gros et 15 % des commerces de réparation d’automobiles.
En 2010, l’observatoire des flux commerciaux du bassin d’emploi de Laon (495 M€ de dépenses des ménages dans les commerces) révélait « un taux d’évasion en non-alimentaire de 26 % (…), la Marne apparaissant comme la destination privilégiée pour ces achats, avec notamment l’attraction de Reims ».

Le creuset de l’apprentissage
Chacun comprend qu’aujourd’hui, en pleine crise de la consommation, il fautsoutenir le commerce et l’artisanat de proximitédans le Laonnois. La communauté de communes du Laonnois (CCL) s’y emploie donc (avec le partenariat des chambres consulaires) en ouvrant un fonds ad hoc de 60 000 € pour l’année 2013.
« Les commerçants et les artisans jouent un rôle essentiel dans le maintien des centres- villes, des centres-bourgs, et de la vie de nos campagnes, explique Aude Bono, vice-présidente de la CCL chargée du développement économique. Ils forment le tissu économique local du territoire. Et grâce à eux, de nombreux jeunes entrent dans la vie active par le biais de l’apprentissage. »Le dispositif d’aides directes aux commerçants et aux artisans de la CCL (en appui de ce qui existe déjà, dont le Fidarco du conseil général de l’Aisne) doit leur permettre de mieux dynamiser leurs acticités « en investissant dans des achats de matériels informatiques ou de machines, dans la modernisation des points de vente, l’acquisition de véhicules ou la mise aux normes de locaux ».
L’aide directe de la CCL s’adresse aux sociétés et auto-entrepreneursà jour de leurs obligations fiscales et sociales, immatriculés au registre du commerce et dont la surface de vente est inférieure à 150 m². A la condition, de surcroît, qu’ils soient domiciliés sur le territoire de la CCL depuis plus de vingt-quatre mois (sauf reprise de fonds de commerce ou artisanal).

Grande diversité d’investissements
L’aide directe de la CCL est constituée d’une subvention de 20 % des investissements du commerçant ou de l’artisan, subvention plafonnée à 3 000 € maximum « avec un minimum de 4 000 € et un maximum de 15 000 € de travaux par point de vente ». Les investissements concernés sont très variés : agencements d’intérieur d’espaces de vente, travaux d’embellissement (vitrine, enseigne, façade, etc.), modernisation de l’outil de production, équipements bureautiques et informatiques, sécurisation des locaux (alarmes, rideaux métalliques, caméras vidéo, etc.), travaux d’accessibilité des handicapés…
Selon le président de la CCL, le sénateurmaire de Laon Antoine Lefèvre, ce nouveau dispositif d’aide directe concerne potentiellement quelque 600 artisans et 400 commerçants, soit un millier d’entreprises du bassin d’emploi laonnois.

Pour tout renseignement s’adresser à la CCL – Corinne Guillo – au 03.23.23.31.20.