Rentrée solennelle 2012 de l’UPJV

Publié dans le numéro 3435 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Michel Brazier, président de l’UPJV, entouré de Bernard Beignier et de Jacqueline Flauss-Diem.

Michel Brazier, président de l’UPJV, entouré de Bernard Beignier et de Jacqueline Flauss-Diem.

Le président Brazier a prononcé son discours pour la rentrée solennelle dans un climat économique qu’il a qualifié d’« incertain » et « suscitant autant d’interrogations pour le présent et l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche en général, et donc de notre université en particulier ». C’est la « loi dite LRU, dont la disposition la plus importante est «l’autonomie» souvent explicitée par l’acronyme RCE (responsabilités et compétences élargies) » qui inquiète le plus le président Brazier et oblige le conseil d’administration de l’UPJV à « des choix raisonnés et à des prudences naturellement justifiées ». Le président a exposé sans fausse pudeur ses inquiétudes concernant l’avenir de l’UPJV devant un président de région (Claude Gewerc) qui avait tenu à être présent pour montrer toute l’importance que la Picardie porte à son université, « levier majeur de la cohésion et du développement régional ».
Les Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche ajoutent à l’incertitude et laissent planer de nombreuses interrogations sur l’avenir, notamment sur les modifications ou les adaptations de la loi LRU qui découleront de ces Assises et qui seront fixées par une loi qui sera publiée en début d’année 2013. Elles amèneront l’UPJV à des décisions à mettre en oeuvre rapidement pour assurer la pérennité de ses activités pédagogiques et scientifiques, mais aussi pour les financer afin d’assurer son développement comme l’attendent les étudiants, les enseignants et les partenaires.
Cette rentrée solennelle a également été l’occasion pour Michel Brazier de dresser un portrait précis du présent et de proposer les objectifs à atteindre en faisant référence aux besoins existants et aux moyens nécessaires pour y arriver. Le futur de l’université dépend des choix pédagogiques mais également des engagements scientifiques, donc du niveau de qualité voire d’excellence des équipes de recherche. Le président a également évoqué longuement le contrat 2012-2017 qui comporte aussi un état précis des habilitations actuelles en matière de diplômes et qui énumère ceux qui pourront être créés pendant la période concernée ainsi que les trois engagements pris par les deux contractants, c’est-à-dire l’université et l’Etat : oeuvrer à une formation plus attractive et innovante au service de la réussite de tous les étudiants, mettre en oeuvre une « recherche pluridisciplinaire plus visible associant excellence et cohérence, dans une dynamique interrégionale », proposer « une gouvernance à la hauteur des enjeux de l’autonomie ».
« Ces objectifs et ces choix supposent des moyens humains et financiers à la hauteur des besoins d’une région comme la nôtre et des défis engagés pour combler les retards accumulés », a déclaré Michel Brazier avant de commenter le schéma directeur immobilier et d’aménagement, remarquant que pour « l’essentiel des opérations, la majeure partie des financements reste à mobiliser ». Et d’évoquer le prochain outil de programmation des activités, au cours des prochaines années, qu’est le document stratégique « UPJV 2020 », adopté par le conseil d’administration en 2011 et qui fixe le cadre général structurant le développement à long terme de l’établissement sur tout le territoire de la région.
Au terme de cette allocution, Bernard Beignier, le recteur de l’académie d’Amiens, est intervenu à son tour, rappelant aux étudiants « que l’université dans notre pays est ouverte à tout le monde » et leur demandant « de prendre conscience que vous avez une chance considérable ». Des étudiants qui ont eu l’occasion de présenter certains projets réalisés l’an dernier et ceux envisagés cette année avant, comme le veut la tradition, la conférence inaugurale clôturant cette cérémonie d’ouverture. Une conférence donnée par Jacqueline Flauss- Diem, professeur de droit privé à l’UPJV, membre de la Société de législation comparée et de l’association française de droit à la santé, sur le thème «Vagabondages dans le champ juridique».