Pomly : fermeture annoncée à Rozet-Saint-Albin

Publié dans le numéro 3434 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

C’était durant l’été dernier. Dans un communiqué de presse, le syndicat de l’agroalimentaire (FGA-CFDT) prenait l’initiative de révéler la restructuration des activités du groupe Novandie. Cette filiale du groupe Andros annonçait un plan de réorganisation. Son usine dans l’Aisne, avec 95 emplois, fermera et quelque 76 emplois devront être supprimés dans son usine bretonne qui emploie actuellement 168 salariés.
La direction de Novandie, dont le siège est à à Marcillé-Raoul (Ille-et-Vilaine), a confirmé aux journalistes le projet de fermeture de son usine axonaise de Rozet-Saint-Albin (non loin de Neuilly- Saint-Front). Elle y emploie 95 salariés et fabrique des yaourts de la marque Mamie Nova.

Le fabriquant de chaudières Baxi France fermera sa grande usine soissonnaise d’ici à 2014.

Le fabriquant de chaudières Baxi France fermera sa grande usine soissonnaise d’ici à 2014.

Le groupe Novandie va également réduire les effectifs de son unité de Marcillé-Raoul. Elle fabrique des produits laitiers pour le compte de son actionnaire Andros, principalement sous la marque Mamie Nova. La production des deux sites concernés par la restructuration serait en chute libre : de 65 000 tonnes en 2005, elle est tombée à 25 000 tonnes en 2011.

Déjà des difficultés en 2004
Selon les syndicats, dans les usines de Rozet-Saint-Albin et de Marcillé-Raoul, les plans de charges se réduisent et des activités industrielles seraient transférées à Auneau, près de Chartres (Eure-et-Loir), là où le groupe Novandie veut renforcer sa production.
Le conseil général de l’Aisne, en séance plénière, s’est beaucoup ému de cet état de fait. « Yann Lapeyronnie, directeur des ressources humaines de Novandie, filiale du groupe Andros, a confirmé la fermeture de son site axonais et la suppression de 93 emplois », expliquait récemment André Rigaud, maire de Neuilly-Saint-Front et conseiller général du canton.
« La laiterie Pomly, qui fabrique notamment les yaourts Mamie Nova, avait déjà connu des difficultés en 2004, souligne l’élu local. Mais c’est le principal employeur du canton de Neuilly-Saint-Front. »
La procédure d’information et de consultation des représentants du personnel a commencé. De son côté, Novandie affirme pouvoir reclasser en interne tous les salariés de l’usine de Rozet-Saint-Albin. « Cependant, nous savons très bien qu’aucune solution de proximité ne sera possible, remarque André Rigaud. Les autres sites du groupe Novandie sont situés au minimum à 200 km de l’Aisne. Les salariés devront obligatoirement faire preuve de mobilité s’ils acceptent d’être reclassés dans les filiales du groupe Andros. »

Prévenir Arnaud Montebourg
Les élus du conseil général de l’Aisne, toutes tendances politiques confondues, ont demandé que leur président, le sénateur socialiste Yves Daudigny, puisse intervenir directement auprès du ministre du redressement productif, Arnaud Mondebourg, « afin de trouver une solution et surtout un repreneur pour sauver ce site industriel majeur pour notre territoire ». Car, aux dires des élus locaux de l’Aisne, la viabilité et la rentabilité du site de Pomly à Rozet-Saint-Albin sont assurées.

Pomly est une usine du groupe Andros qui fabrique des yaourts.

Pomly est une usine du groupe Andros qui fabrique des yaourts.

Et parce qu’une mauvaise nouvelle, dans l’économie, ne vient jamais seule, voilà que les élus du bassin d’emplois du Soissonnais ont eu confirmation, le 12 octobre, de ce qu’ils redoutaient déjà : la fermeture de l’usine de Baxi France à Soissons, propriété du groupe BDR Thermea.
L’usine Baxi France, qui a fêté ses cent ans cette année, fabrique des chaudières et emploie 160 salariés. En concurrence très vive au sein du groupe avec l’usine alsacienne, l’unité de production soissonnaise sera fermée d’ici à deux ans (ainsi que la fonderie Focast qui lui est adjointe sur le site soissonnais).