L’export en quelques clics…

Publié dans le numéro 3433 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Thomas Kieusseian et Xavier Fetter, administrateur et gestionnaire de la plate-forme Gefi, étaient invités par la directrice des formalités administratives Elisabeth Bouvart (de g. à d.).

Thomas Kieusseian et Xavier Fetter, administrateur et gestionnaire de la plate-forme Gefi, étaient invités par la directrice des formalités administratives Elisabeth Bouvart (de g. à d.).

Vingt-cinq entreprises exportatrices de l’Oise ont assisté à la présentation, à la chambre de commerce et d’industrie, de la nouvelle plate-forme de gestion électronique des formalités internationales (Gefi). Développé par la CCI de Paris, cet outil s’inscrit dans la droite ligne du travail engagé dès 2007 par le ministère de l’économie pour la dématérialisation des procédures du commerce extérieur. Il procure aux exportateurs facilité, gain de temps, économie, traçabilité et sécurité grâce à trois services en ligne : pour les certificats d’origine (WebCor), les documents nécessitant l’apposition d’un visa de conformité (WebDoc) et les carnets ATA d’exportation temporaire (WebATA).

Un véritable guichet en ligne
Dans leur quotidien, les entreprises exportatrices sont soumises à des obligations pour réaliser leur logistique internationale et leurs opérations douanières. Elles doivent en particulier fournir un certificat d’origine communautaire et présenter des documents d’accompagnement légalisés et authentifiés par leur CCI de rattachement. Au lieu de se déplacer au guichet du centre de formalités des entreprises, dans l’Oise sur l’un des trois sites de la CCITO (à Beauvais, Compiègne et Nogent-sur- Oise), elles peuvent désormais saisir les informations directement sur leur ordinateur, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Dès que le service consulaire aura pris connaissance de la demande, il pourra établir les documents, dans les délais les plus brefs, et les renvoyer sous forme électronique. « Cela permet aussi, en cas d’erreur ou d’incertitude sur le poids des marchandises par exemple, d’affiner ou corriger la demande en temps réel, en évitant les allers-retours », précise Martine Hurtel, l’une des cinq collaboratrices du pôle international rattaché à la direction des formalités administratives que dirige Elisabeth Bouvart. Et s’il exporte vers certains pays qui n’acceptent pas encore les certificats dématérialisés, l’utilisateur peut, bien sûr, obtenir le certificat d’origine dans sa version papier.

Une prospection commerciale facilitée
Lorsqu’un industriel a besoin d’exporter temporairement ses marchandises, pour en faire la démonstration auprès de ses clients étrangers, les présenter sur un salon professionnel ou encore les utiliser sur un chantier, il doit faire établir un carnet ATA, valide dans 71 pays. Là encore, il peut désormais établir sa demande par voie électronique même si pour l’instant, et en principe jusqu’en 2014, le document douanier physique reste de mise. « Avec 160 000 carnets ATA en circulation dans le monde, couvrant des marchandises d’une valeur globale de 20 milliards de dollars, on comprend l’importance de faciliter le processus », détaille Xavier Fetter, gestionnaire de la plate-forme Gefi à la CCI de Paris. Avec l’administrateur fonctionnel Thomas Kieusseian, il a présenté aux exportateurs de l’Oise tous les avantages de cet outil d’ores et déjà adopté par plus de la moitié des CCI de France.

Toujours un expert
Disponibilité du système à tout moment, émission instantanée des documents, accès sécurisé via un identifiant et un mot de passe sont les mérites les plus évidents du dispositif. Mais loin d’être les seuls ! L’utilisateur peut aussi suivre l’avancement de sa demande en cours, consulter l’historique de ses comptes, se créer des modèles, mensualiser ses règlements et les effectuer en ligne, bénéficier d’une hotline spécifique. Parce que « derrière la machine, il y a toujours un expert » insiste Xavier Fetter.