La gestion du temps est au coeur de la création d’entreprise

Publié dans le numéro 3435 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Tout ce qui ne prend pas plus de deux minutes doit être fait tout de suite. Le reste doit être classé en fonction de l’importance et de l’urgence.

Tout ce qui ne prend pas plus de deux minutes doit être fait tout de suite. Le reste doit être classé en fonction de l’importance et de l’urgence.

La gestion du temps est un thème central de la création d’entreprise car il faut faire l’interface entre le temps personnel et le temps professionnel. Il est donc facteur de stress important chez le porteur de projet ou le créateur d’entreprise », a expliqué Christian Pollet, responsable création-reprise et suivi des créateurs en pépinières, en préambule à la réunion intitulée «Gestion du temps du créateur ou du jeune entrepreneur». « Et puis, c’est également la gestion dans votre façon de mener votre projet dans le temps. Il est nécessaire de procéder étape par étape et de consacrer du temps justement à chacune d’elle. Une bonne étude de marché et une bonne gestion du temps, c’est la clé pour trouver des clients. »
Le café création de la pépinière Jules-Verne prenait sa place dans le calendrier du Mois de la création organisé par le réseau J’entreprends en Somme. Marc Germain, coach auprès des entreprises, spécialisé dans le management et la gestion RH, a souhaité un atelier concis et, pour coller au mieux aux attentes de son public, il est parti des questions, des inquiétudes et des problématiques en matière de gestion du temps évoquées par l’assistance.
« Quelle part doit prendre l’administratif sur l’activité ? » « Peut-on sérieusement créer une entreprise en restant salarié à mi-temps ? » « Comment gérer les clients et leurs urgences ? » « Comment faire la différence entre ce qui est important et ce qui est urgent ? »
« Ce qu’il faut savoir avant tout, c’est que le temps c’est de la discipline, explique patiemment Marc Germain. Il faut régulièrement se poser pour faire le point. Les priorités changent. Il est nécessaire de définir régulièrement trois axes de développement en se demandant : quels sont mes objectifs d’ici deux ans, d’ici cinq ans ? » Une autre technique qui peut être appliquée de suite et dans tous les cas de figure, c’est la technique des listes. Pas nouveau mais tellement efficace. « La liste permet de se libérer l’esprit. Une fois que c’est écrit sur le papier, plus besoin de penser à ne pas oublier de passer un coup de fil. Du coup, l’esprit est libre pour créer et inventer ce qui est primordial en tant que jeune entrepreneur. » Marc Germain conseille ainsi de créer trois ou quatre listes. Une liste répertoriant les tâches à accomplir, une autre listant des projets (un projet est complexe et met en oeuvre plusieurs tâches. Il s’étale dans le temps). Une autre sera la liste d’idées : « Une idée ne devient un projet que lorsqu’elle est associée à un échéancier » intervient Claudine Jacob-Ternisien, directrice de J’entreprends en Somme. Et enfin, Marc Germain de conclure en conseillant d’élaborer une liste de choses… à ne plus faire.