Assemblée de section de la Mutuelle nationale territoriale

Publié dans le numéro 3433 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Jean-Louis Hedin, président de la section Somme & Oise et François-Yan Marie, responsable de la section.

Jean-Louis Hedin, président de la section Somme & Oise et François-Yan Marie, responsable de la section.

Jean-Louis Hedin, président de la section Somme & Oise, et François- Yan Marie, responsable de la section, épaulés par Louis Oudart, président de la section de l’Aisne, ont présenté les différentes évolutions des offres proposées par la Mutuelle nationale territoriale (MNT). Ces changements ont été annoncés lors de l’assemblée générale qui s’est tenue à Paris le 30 juin dernier.

Un système plus égalitaire
L’évolution des offres santé et prévoyance, mises en place à partir du 1er janvier 2013,ont été décidées suite aux différentes observations des adhérents sur l’ensemble du territoire, le but étant de « favoriser un accès aux soins tout au long de la vie d’un agent, actif ou retraité ».
Parmi les mutations de l’offre « santé », on peut citer la revalorisation de la prise en charge des dépassements d’honoraires (consultations chirurgicales, en radiologie ou d’un spécialiste), une garantie renforcée sur les soins touchant l’orthodontie et l’ophtalmologie ou encore la revalorisation du forfait hospitalier avec une prise en charge de 8 euros par jour.
Si les cotisations prévoyance augmenteront en moyenne de 2% en 2013, Jean- Louis Hedin a rappelé l’importance de l’offre maintien de salaire » qui permet à un salarié arrêté plus de trois mois, ce qui entraîne une perte de la moitié des émoluments, de conserver 95% de son salaire net.
La MNT met un point d’honneur à harmoniser la fiscalité des contrats, à mettre en place une participation obligatoire de l’employeur et même à créer une structure commune pour la prévoyance de tous les agents territoriaux. Ces initiatives ont été initiées pour pallier, entre autres, lemanque de participation de l’employeur à la protection des agents. A l’heure actuelle, seuls 25% de la cotisation sonten effet pris en charge.

Une situation difficile
L’assemblée de section a également permis de faire un point sur la situation difficile des agents territoriaux puisqu’on estime qu’un tiers d’entre eux a renoncé à des soins en 2010. Pour encourager les collectivités à agir, la MNT a milité pour la création d’un système de label. Cette labellisationà destination des mutuelles a pour but de faciliter d’un point de vue juridique la participation financière des collectivités locales à la cotisation santé et prévoyance de leurs agents. La Mutuelle nationale territoriale a été labellisée en juillet 2012. Ses offres santé et prévoyance peuvent donc être prises en partie en charge par l’employeur territorial.